1

Service de santé : garantir au mieux la survie des blessés

Les expériences acquises dans les opérations extérieures permettront les meilleures prises en charge, médicale et chirurgicale, possibles des blessés dans un engagement de grande intensité, sans entraver la manœuvre tactique.

Le 22 juin 2022 à Paris, le médecin chef des services Didier Lanteri du Service de santé des Armées (SSA) a présenté à la presse ce parcours de moins de 24 heures, échelonné du lieu de combat à un hôpital militaire métropolitain. De son côté, le général de division Yann Gravêthe, directeur par intérim de la Délégation à l’information et à la communication de la défense, en a exposé le contexte militaire.

Précocité et capacité. La planification médicale suit la règle du « ten one two », à savoir 10 minutes, 1 heure, 2 heures, indique le médecin chef. L’hémorragie constitue la première cause de mortalité des blessés de guerre et l’obstruction des voies respiratoires la deuxième. Ces deux gestes élémentaires de survie doivent être réalisés dans les 10 premières minutes. Tous les militaires étant formés au sauvetage de combat premier niveau, le binôme du blessé peut lui poser un garrot en cas de plaie hémorragique d’un membre. Un autre militaire, qualifié deuxième niveau, initie la maîtrise des voies respiratoires, si le cas se présente. Dans la première heure qui suit la blessure, un médecin et un infirmier ont le temps de prendre le relais, notamment en cas d’attaque de convoi par un engin explosif improvisé. Tout blessé hémorragique subit la « triade létale », qui associe hypothermie (le corps se refroidit très vite), troubles de la coagulation et désordre métabolique majeur. L’équipe médicale lui injecte du plasma lyophilisé, mis au point par le SSA. Entretemps, un hélicoptère médicalisé, transportant des poches de sang pour la transfusion, évacue le blessé vers l’un des deux blocs opératoires de l’Antenne de réanimation et de chirurgie de sauvetage (ARCS) dans les deux heures. Puis, la « chirurgie écourtée » limite les risques fonctionnels jusqu’à l’évacuation en métropole, par avion Falcon médicalisé, jusqu’à un hôpital militaire, où le blessé sera repris au bloc dans les 48 heures. La télémédecine permet d’obtenir, sur le terrain, l’avis d’un médecin spécialiste. En cas d’afflux massif de blessés, un avion MRTT Phénix, équipé du dispositif « Morphée », achemine une ARCS (13 personnes, dont 3 chirurgiens et 1 médecin anesthésiste-réanimateur) en moins de trois heures.

Risques et solidarité. Outre le risque inhérent à l’engagement militaire et qui va jusqu’à l’acceptation de la mort, la blessure et l’accident grave font partie du métier des armes, souligne le général Gravêthe. Ces aléas se produisent lors des opérations en France ou à l’étranger ou au cours d’une préparation exigeante. En amont des opérations, l’aptitude, la formation, l’entraînement et la prévention contribuent à réduire ces risques pour les personnels, une fois engagés dans l’action. Cette réduction est accrue par les missions, les équipements, les dispositifs de protection individuels ou collectifs et la manœuvre elle-même. En outre, la chaîne de santé, déployable partout dans le monde, est mise en œuvre sur le lieu et dès l’instant où survient la blessure. Après la réhabilitation sanitaire, les dispositifs de soutien et de réinsertion des blessés, via un congé de reconversion, ont été renforcés. Une politique de prévention, de dépistage de suivi et d’accompagnement des syndromes post-traumatiques a été mise en place. Outre une assistance financière, le Plan famille aide les conjoints des militaires blessés ou décédés à trouver un emploi.

Loïc Salmon

Service de santé : culture du retour d’expérience en opération extérieure

Service de santé : médecine de guerre, efficacité maximale

Défense : le Plan Famille, soutien du moral des troupes




Chine : la logistique militaire dans la lutte contre le Covid-19

La logistique des forces armées chinoises a démontré son niveau élevé de préparation et d’adaptation à un « conflit sanitaire » court et de haute intensité, qui pourrait se transposer dans un affrontement conventionnel.

Telle est la conclusion d’un rapport réalisé en octobre 2020 par Louis Lamiot, titulaire d’une licence de chinois de l’INALCO Paris et étudiant en Master II Histoire à l’Université Montpellier 3.

Montage dans l’urgence. La diffusion rapide du coronavirus, dont le premier cas est recensé début décembre 2019 à Wuhan, est surtout due à la négligence des autorités locales et centrales. Pékin a tenté de se disculper de toute accusation par une réponse énergique avec le concours des forces armées. La réaction des Forces de soutien logistique interarmes (FSLI) à Wuhan s’est établie en trois phases. A partir du 23 janvier 2020, dès lors que le gouvernement central impose des mesures de confinement au Hubei, 66 médecins et 450 infirmiers sont réquisitionnés dans divers établissements hospitaliers, envoyés à Wuhan et pris en charge par le Centre de logistique militaire. Des matériels médicaux, dont 200.000 masques et 10.00 blouses chirurgicales, sont commandés et livrés en dix jours à partir de trois centres logistiques. Au cours des 1er et 2 février, près de 950 infirmiers et 70 tonnes de matériel médical arrivent dans le centre de l’épidémie. Ces personnels ont surtout servi dans l’hôpital militaire de Huoshenshan, construit en une semaine avec des matériaux préfabriqués et pouvant accueillir 1.000 patients. Un troisième envoi de 2.600 médecins militaires, venus de 10 villes pendant les mois de février et mars, permet d’assurer un roulement et de maîtriser progressivement l’épidémie. Au total, près de 4.500 médecins militaires sont intervenus à Wuhan et des milliers de tonnes de matériels sensibles y sont parvenus en 6 semaines depuis 19 villes, principalement par voie aérienne. Il faut également y ajouter les 200.000 miliciens envoyés par train pour assurer la désinfection et livrer l’aide alimentaire à la population confinée. La mise en place d’un pont aérien a permis le transport rapide de personnels et de matériels médicaux. Elle a constitué le premier usage civil de l’avion de transport militaire Y-20, entièrement développé en Chine, et le premier envoi d’avions de grande capacité d’emport pour réaliser des transports à grande échelle. Plusieurs chiffres sont avancés pour démontrer le professionnalisme et l’efficacité des services de santé. Ainsi, l’hôpital militaire de Huoshenshan, déclare comptabiliser 99 % de rémission pour ses patients sans qu’aucun de ses personnels de santé ne soit infecté. Ce chiffre est à mettre en parallèle avec le taux de 20 % d’infection du personnel médical dans les hôpitaux civils. Par ailleurs, l’annonce de l’absence de cas dans les rangs des forces armées chinoises, alors que l’Armée américaine annonce 4.000 cas positifs dans ses rangs, démontre que la pandémie n’a pas mis un terme à leur compétition. Enfin, le Département de soutien logistique a annoncé que les vaccins seraient testés sur les soldats chinois avant une production de masse.

Logistique modernisée. La logistique militaire chinoise a été améliorée à la suite de la réorganisation du Comité militaire central (CMC) visant à renforcer le contrôle du Parti communiste chinois et à rationaliser l’emploi d’un budget sans cesse croissant. Organe suprême des forces armées et dirigé par le président Xi Jinping, le CMC a réparti les diverses responsabilités, auparavant cloisonnées au sein de chaque armée, en une quinzaine de départements, bureaux et commissions interarmes placés sous son contrôle direct. Le Département de logistique générale est devenu le Département de soutien logistique (DSL), chargé du lien civilo-militaire, de l’économie et de l’industrie de défense, des recherches scientifiques et technologiques, des infrastructures de transport, du soutien médical, énergétique et matériel des troupes ainsi que de l’informatisation de leur équipement. Outre la rationalisation des moyens, une meilleure coordination entre les unités est recherchée, objectif dont les Forces de soutien logistique interarmes (FLSI) constituent le fer de lance. Depuis 2016, le territoire chinois est divisé en cinq théâtres d’opérations disposant chacun d’un centre logistique relié à une base centrale à Wuhan. Chaque centre logistique est géré par des représentants des quatre armées (Terre, Air, Mer et Missiles,) qui contrôlent les dépôts répartis sur l’ensemble du territoire et coordonnent les opérations de soutien au niveau stratégique. A la suite de la réforme militaire de 2016, la logistique militaire a été séparée en deux entités, à savoir le Département de soutien logistique (DSL) au niveau stratégique et les FSLI au niveau opérationnel. Ces dernières ayant installé leur base principale à Wuhan, ville d’origine de l’épidémie du Covid-19, leur réaction se devait d’être exemplaire. Même s’il était déjà trop tard pour empêcher la pandémie, les FSLI ont eu la possibilité de démontrer leur efficacité sur le terrain et les avancées de la modernisation militaire chinoise selon des critères de capacités de projection, de coordination interarmes, de commandement centralisé, d’informatisation et de relations avec le secteur privé. La lutte contre la pandémie du Covid19 est devenue une « guerre de l’image » visant à démontrer la capacité de la Chine à retourner les crises à son avantage. La logistique des forces armées se sert de l’assistance sanitaire pour accroître la présence militaire de la Chine à l’étranger.

Capacité de projection extérieure. L’approfondissement des relations militaires chinoises dans la zone Indo-Pacifique et au Moyen-Orient s’est ainsi accompagné d’un volet sanitaire. En mai 2020, les armées d’une douzaine de pays, dont celles de la Birmanie, du Viêt Nam, du Laos, de l’Irak, de l’Iran, du Liban et du Pakistan, ont bénéficié de l’assistance de la Chine, en remerciement de leurs envois de matériels quand la situation sanitaire à Wuhan était critique. Des commissions médicales ont aussi été envoyées en Éthiopie et au Cambodge. Environ une cinquantaine d’armées en ont également bénéficié. Cette assistance vise d’abord à maintenir un contact amical en vue de futures négociations sur, par exemple, l’installation de bases militaires dans ces régions. La poursuite des exercices et démonstrations de force en mer de Chine pendant la crise sanitaire mondiale a développé la constitution de blocs antagonistes. Cela justifie, selon Pékin, la nécessité de disposer d’une capacité de projection militaire au-delà des frontières nationales. Par suite de l’apaisement des tensions avec l’Union soviétique, puis la Russie, et de la fin de la guerre froide (1991), l’opposition aux États-Unis redevient d’actualité. Tirant les enseignements de la guerre du Golfe (1990-1991), notamment la capacité de projection lointaine des forces armées américaines, la nouvelle doctrine militaire chinoise vise d’abord à maintenir les États-Unis à distance, puis, éventuellement, les affronter lors d’un conflit court mais de haute intensité. La modernisation d’unités d’élite équipées des matériels les plus modernes va permettre de développer des forces armées chinoises capables, à terme, de rivaliser avec celles des États-Unis.

Loïc Salmon (avec Louis Lamiot)

Chine : Covid-19, propagande active et une image dégradée

Chine : diplomatie « sanitaire » via les « Routes de la Soie »

Chine : ambition hégémonique du Parti communiste




Corps et âme

Confronté à la violence, le soldat qui peut porter la mort au risque d’y laisser sa vie au nom de la sécurité et des intérêts de son pays, connaît l’angoisse. L’écoute et un regard extérieur deviennent alors sources d’inspiration.

Un médecin militaire témoigne. Aux côtés des forces spéciales en opérations en Guyane, au Sahel, en Afghanistan et en Irak, il a vécu des périodes de stress, où tous les repères semblent s’effondrer dans la complexité de certaines situations. Après une mission périlleuse, un moment convivial peut se partager autour d’un verre ou d’un repas à la « popote » (armée de Terre), au « carré » (Marine nationale) ou au « bar » (armée de l’Air et de l’Espace). Ces endroits constituent un thermomètre assez précis de la cohésion d’un groupe, facteur-clé du succès en opération et au combat. La force morale du soldat résulte d’un entraînement difficile, d’une bonne compréhension de la situation dans toutes ses dimensions, d’une solide culture générale, d’une réflexion personnelle et d’un soutien indéfectible de ses chefs et…de la société dont il défend les valeurs ! La haute technologie préserve des pertes, jugées aujourd’hui inacceptables, pour son armée et donne une image d’invulnérabilité aux yeux de l’adversaire. Mais elle n’a pas atténué l’horreur de la guerre. Quels que soient son apport et la violence de la première frappe, souvent aérienne, les combats se terminent au sol. En 1807, l’hécatombe de la bataille d’Eylau avait conduit Napoléon à organiser des bases de soutien médical avec les barons Larrey et Percy. A Clamart (banlieue parisienne) dans l’hôpital d’instruction des armées qui porte son nom, une plaque rappelle l’instruction de 1811 du chirurgien en chef Percy : « Allez où la patrie et l’humanité vous appellent, soyez-y toujours prêts à servir l’une et l’autre et, s’il le faut, sachez imiter ceux de vos généreux compagnons qui, au même poste, sont morts martyrs de leur dévouement intrépide et magnanime qui est le véritable acte de foi des hommes de notre état. » La grandeur de la cause qu’elle défend soude la grande famille des médecins militaires, par l’humilité dont ils doivent faire preuve et par le service des armées. Pour les malades et les blessés, le temps, l’écoute et les mots justes complètent les médicaments indispensables. Par ailleurs, les retours de missions constituent des périodes difficiles, en raison de la fatigue opérationnelle, de la persistance d’une forme de stress ou même de l’apparition de troubles psychiques. Entre juin 1942 et juin 1945, l’armée américaine a démobilisé 457.000 soldats pour raison psychiatrique. L’armée israélienne a reconnu 60 % de « pertes psychiques » pendante la guerre du Kippour (1973), chiffre exceptionnel par rapport aux 30 % constatés pendant la guerre du Viêt Nam (1955-1975) et celles d’Afghanistan de l’armée soviétique (1979-1989) et de la coalition internationale (2001-2021). Toutefois, le stress opérationnel ne se réduit pas au « syndrome post-traumatique » et inclut manifestations dépressives, conduites agressives et dérapages moraux. Aujourd’hui, la blessure et la mort, pourtant intégrées dans l’univers guerrier, apparaissent comme anormales, voire scandaleuses. Le chef, confronté à la même violence que le soldat, lui donne l’ordre de tuer. Les douleurs que peut ressentir ce dernier se trouvent liées à cette violence, vécue directement ou par procuration, à savoir la blessure ou la mort d’un camarade à laquelle il n’a pas assisté. Alors, il va d’abord confier ses états d’âme à l’aumônier ou…au médecin militaire.

Loïc Salmon

« Corps et âme », Nicolas Zeller. Editions Tallandier, 250 pages, 19,50 €.

Défense : la mort, au cœur de la singularité militaire

Défense : la laïcité, facteur de cohésion dans les armées

Armée de l’Air : 9 morts, mais la vie de soldat continue après la « malchance technologique »




Hôpital d’instruction des armées Bégin

 

 voir le PDF




Ecoles du Service de santé des armées

Le 17 janvier 1708, Louis XIV signe l’édit qui acte la naissance du Service de santé des armées (SSA). Il crée les «charges» de médecin et de chirurgien des armées et organise la prise en charge des blessés et des malades militaires. Depuis, les écoles du SSA ont reçu la Légion d’honneur, les croix de Guerre 1914-1918, 1939-1945 et des Théâtres d’opérations extérieurs ainsi que celle de la Valeur militaire.

Lire la suite de l’article en PDF 




Blessés psychiques : « ATHOS », la proximité contre la solitude

Le dispositif « ATHOS » de réhabilitation sociale, expérimental et gratuit, s’adresse aux blessés psychiques en opération, qu’ils soient encore en activité, en congé maladie ou qu’ils aient quitté les armées, ainsi qu’à leur famille.

ATHOS a été présenté à la presse le 15 janvier 2021 à Paris par : le commissaire général de 2ème classe Christophe Daurel (photo), chef du groupe de travail ministériel ; Renaud Ferrand, directeur général de l’Institution de gestion sociale des armées (IGESA) ; le médecin chef Xavier Desruelles, conseiller santé du chef d’état-major de l’armée de Terre. En 2019, les armées ont déploré 42 blessés psychiques en opérations extérieures et 231 troubles psychiques.

« Boîte à outils ». ATHOS a été ouvert le 4 janvier 2021, indique le commissaire général Daurel. Il constitue une offre complémentaire pour permettre aux militaires blessés psychiques de se relever dans un environnement non médicalisé, combinant accompagnement psychosocial, projet de vie et reprise d’activités. Chaque cas est particulier. Il s’agit de placer le blessé au centre de son parcours et de sa reconstruction. ATHOS, destiné à couvrir tout le territoire métropolitain dans un premier temps, comporte déjà deux maisons : l’une à Cambes (Gironde) et l’autre à Toulon (Var). Chacune peut accueillir 90 blessés, pris en charge par 3 accompagnateurs. Le parcours de reconstruction nécessite le volontariat du blessé, sa participation à la gestion de la maison, la progressivité et la personnalisation du programme. Ce dernier compte cinq domaines : vie relationnelle affective et familiale ; bien-être ; place de la personne dans la société ; administration et gestion de la vie quotidienne et courante ; emploi et activités. Devoir de la nation envers ses combattants blessés psychiquement, ATHOS est expérimenté pendant au moins un an avec des équipes civiles et militaires. Il comprend un dispositif d’évaluation interne et un comité mixte (membres civils et militaires) de suivi et de surveillance externe. ATHOS a noué des partenariats avec l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre et bénéficie d’une convention opérationnelle avec l’IGESA.

Soutien de l’IGESA. Cette convention, signée le 27 octobre 2020, porte sur la gestion et le soutien juridique, administratif et financier des maisons ATHOS, assurés par l’IGESA, indique Renaud Ferrand. Celle-ci leur fournit des équipes de « permanents » et des intervenants extérieurs mobilisables à tout moment. Organisme de droit privé, elle emploie 1.246 salariés et dispose de 130 établissements, 50 crèches et 100 colonies de vacances. En 2020, elle a traité 44 demandes de séjours de blessés en opérations extérieures, soit 154 personnes avec les familles et accompagnateurs.

Parcours global de santé. Le Service de santé des armées (SSA) prend en charge les blessés psychiques en opération après leur passage dans un hôpital militaire, souligne le médecin chef Desruelles. Après identification des volontaires potentiels par les comités multidisciplinaires des blessés en service, il valide leur projet. Un militaire malade psychiquement doit accepter de rentrer dans un processus non médicalisé, complémentaire de l’offre de soins existants et d’une durée aléatoire. Le SSA participe au contrôle, au retour d’expérience et à la recherche dans ce domaine. Il intervient dans le recrutement et la formation des équipes d’assistance sociale. ATHOS complète les actions de réhabilitation du Centre national de sports de la défense et de l’Institution nationale des Invalides (maison médicalisée des blessés).

Loïc Salmon

Blessés psychiques : agir vite, au plus près et de façon continue

Blessures et sports adaptés : reconstruction physique et psychique

Blessés psychiques : l’opération « Omega » de réinsertion professionnelle civile




Covid-19 : désinformation et…contrôle supra-étatique ?

La désinformation sur la crise sanitaire du Covid-19, via internet, a pris une ampleur telle que seuls les GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft), et non les Etats eux-mêmes, semblent en mesure de contrer.

Cette question a fait l’objet d’une visioconférence organisée, le 16 novembre 2020 à Paris, par l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS). Y sont intervenus : François-Bernard Huyghes, directeur de recherche à l’IRIS ; Gérard Grizbec, journaliste et chercheur associé à l’IRIS ; Cécile Guérin, chercheuse à l’Institute for Strategic Dialogue (ISD), « think tank » basé à Londres.

« Fake News ». L’ISD analyse les réseaux sociaux au moyen d’algorithmes spécifiques pour détecter les tendances en ligne, qui se manifestent selon un clivage « politique » gauche-droite, explique Cécile Guérin. La désinformation a augmenté récemment de 15 % en Grande-Bretagne via des discours contre le confinement ou sur la théorie du « complot » venue des Etats-Unis, selon laquelle un groupe puissant agit dans l’ombre pour détruire la démocratie. En Allemagne, la désinformation a conduit à des manifestations contre les restrictions sociales, le gouvernement et le milieu scientifique. A l’origine, ce terme désignait la propagande et les moyens techniques soviétiques contre les médias occidentaux, rappelle François-Bernard Huyghes. Après la chute de l’URSS et la guerre du Golfe (1990-1991), la désinformation (armes de destruction massive) a été utilisée par un Etat (les Etats-Unis) contre un autre (l’Irak). Depuis, les « Fake News » racontent sur les réseaux sociaux un événement, qui n’a pas eu lieu (photos truquées), en vue d’une manipulation. Depuis 2016, elles engendrent la crainte que ces réseaux constituent une voie de désinformation et distillent le soupçon à l’égard des médias, gouvernements et experts scientifiques. S’y superpose l’affrontement géopolitique entre la Chine et les Etats-Unis sur le Covid-19.

Efficacité. La Chine tire parti du succès de sa lutte contre la pandémie grâce à sa « diplomatie sanitaire », indique François-Bernard Huyghes. Celle-ci contribue à l’affirmation de sa puissance, via les « Nouvelles Routes de la Soie », et à l’accroissement de son influence en vantant l’excellence de son régime politique. Par ailleurs, indique Cécile Guérin, la désinformation utilise la parole de l’expertise en profitant des tensions au sein de la communauté médicale, faute de connaissance suffisante du Covid-19. Sur internet, des vidéos opposent l’expérience des médecins de terrain à l’expertise des ministères et des grandes institutions de la Santé pour discréditer la gestion de la pandémie par les gouvernements.

Réactions. La presse passe plus de temps à vérifier la véracité d’une vidéo, qui suscite l’émotion, qu’à rechercher de l’information, souligne Gérard Grizbec. Cette vérification devrait s’accompagner d’une régulation des plates-formes numériques et d’un cadre législatif dans le contexte de prolifération de l’information, de désinformation et de « mésinformation » (partage d’une information tronquée sans en être l’auteur et sans intention de nuire), estime Cécile Guérin. Les GAFAM utilisent déjà de nombreux algorithmes et « modérateurs » humains pour lutter, au départ, contre la pornographie et l’incitation à la haine, souligne François-Bernard Huyghes. Par la suite, ils ont fermé des milliers de comptes et censuré beaucoup de contenus, selon leurs propres critères de décision et sans en référer à des autorités démocratiquement élues.

Loïc Salmon

Défense : information falsifiée, internet et réseaux sociaux

Géopolitique : la souveraineté démocratique face aux GAFA

Chine : diplomatie « sanitaire » via les « Routes de la Soie »




Liban : l’opération « Amitié », réactivité et efficacité

Manœuvre logistique d’ampleur réalisée en urgence, l’opération « Amitié » de projection d’une force française de soutien dans le port de Beyrouth s’est déroulée du 4 août au 23 septembre 2020, pour aider l’armée libanaise.

Des retours d’expérience (Retex) ont été présentés à la presse le 22 septembre à Paris par l’Etat-major des armées. Y sont intervenus : le colonel Frédéric Barbry, son porte-parole (photo) ; le lieutenant-colonel chef opération du Groupement terre génie « Ventoux » ; le capitaine de corvette commandant le groupe de plongeurs-démineurs de la Méditerranée ; le lieutenant-colonel commandant l’Escadron de ravitaillement en vol de transport stratégique 1/31 « Bretagne » ; le commissaire principal adjoint au chef de bureau Planification de l’état-major opérationnel du Service du commissariat des armées.

Opération interarmées. En réponse aux explosions de 2.750 t de nitrate d’ammonium dans le port de Beyrouth (190 morts et 6.500 blessés), l’opération « Amitié » a été lancée dès le 4 août, a rappelé le colonel Barbry. Elle a nécessité l’acheminement de 750 militaires et 1.200 t de fret humanitaire, en coordination avec les ministères des Affaires étrangères, de l’Intérieur et de la Santé. Les 8 projections aériennes ont mis en œuvre : 4 A400M Atlas, 1 C-130J Super Hercules et 1 C-160 Transall pour le transport tactique ; 1 Airbus A310 pour le transport stratégique ; 1 avion ravitailleur A330 Phénix. La projection maritime a inclus le porte-hélicoptères amphibie Tonnerre avec des moyens amphibie de débarquement, véhicules incendie, engins de déblaiement et travaux sous-marins et d’investigation, 1 hélicoptère Alouette III (Marine nationale) et 1 hélicoptère Caracal (armée de l’Air) ; le porte-conteneurs Calao, affrété militaire. Avec 1.100 rotations de camions bennes, l’opération « Amitié » a permis de dégager 25 ha de terrain et 17.000 t de gravats.

Retex Terre. L’effectif terrestre a inclus 390 hommes du Groupement génie « Ventoux » (dont des équipes pour les travaux en hauteur), 55 sapeurs-sauveteurs et 13 marins-pompiers de la Sécurité civile. Il a disposé d’un état-major opératif et de 4 PC successifs dans le département du Vaucluse, à Toulon, à bord du Tonnerre et dans le port de Beyrouth. Celui-ci a été « scanné » pour en vérifier les infrastructures. En outre, 37 missions d’information et 11 chantiers ont été lancés en ville, dont le découpage de 3.000 m de charpente métallique, pour la reprise de l’activité.

Retex Marine nationale. Les 15 plongeurs-démineurs, déjà en alerte, et les éléments du génie maritime ont reconfiguré leurs matériels, dont un appareil spécial pour la soudure sous-marine à 3.000 °C, un casque de plongée en surpression pour éviter des entrées d’hydrocarbures et un robot télé-opéré dans les endroits dangereux. Le Service hydrographique et océanographique de la marine a cartographié le fond du port sur 1 km2. 80 plongées d’identification ont eu lieu, facilitées par l’interopérabilité avec les plongeurs libanais formés en France.

Retex armée de l’Air. Les A 400M ont effectué 4 rotations entre la France et Beyrouth pour transporter 75 marins-pompiers, 3 chiens de recherche et 6 t de matériel. Le Phénix a réalisé un aller-retour Istres-Beyrouth, soit 4.000 km en 4 heures de vol, avec un seul « plein » et 2 heures d’escale. Le Caracal a été mis en alerte pour évacuer, éventuellement, un plongeur accidenté sur Chypre.

Retex Commissariat. Un détachement mixte a établi un dispositif financier et monté un réseau Wifi pour les liaisons avec les familles des militaires projetés.

Loïc Salmon

Service de santé : culture du retour d’expérience en opération extérieure

Opex : bilans de « Chammal » et de « Barkhane » en 2019

Logistique opérationnelle : de la maîtrise des flux à la force « Scorpion »

 




Chine : Covid-19, propagande active et une image dégradée

En Chine, la pandémie du Covid-19 agit comme le révélateur d’une tendance préexistante, à savoir la mise en avant d’un nouveau nationalisme, notamment sur Hong Kong et la minorité ouïghoure du Xinjiang. Elle l’a même accélérée vis-à-vis des pays occidentaux.

Antoine Bondaz, chargé de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique, l’explique dans un « podcast » (contenu audio numérique), diffusé le 29 juillet 2020 à Paris.

L’effet Covid-19. Dès le début de la pandémie en mars 2020, la diplomatie « sanitaire » chinoise se manifeste par les dons de masques en Europe et d’équipements de protection et de ventilateurs en Afrique, au Pakistan et en Asie du Sud-Est. Cette diplomatie, qui remonte aux années 1960 en Afrique, avait pris de l’ampleur lors de l’irruption du virus Ebola (2014-2015) dans les pays riverains du golfe de Guinée. Cette épidémie avait mobilisé également les Etats-Unis et des pays européens, dont la France. La Chine y avait envoyé des médecins militaires et civils et construit un hôpital en Sierra Leone. Ensuite, en partenariat avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS), elle avait fait bénéficier de nombreux pays de sa coopération en matière sanitaire, dans le cadre du vaste projet des « Routes de la Soie ». Des entreprises chinoises ont fait des dons aux hôpitaux de Milan. Le site chinois de vente en ligne Alibaba propose des solutions, comme le « Cloud » (services informatiques) et la reconnaissance d’imagerie médicale (scanners thoraciques). Cette diplomatie sanitaire s’est adaptée à la pandémie du Covid-19 avec l’émergence d’une « diplomatie publique » de communication internationale, souligne Antoine Bondaz. Ainsi, consulats, ambassades et consultants associés au ministère chinois des Affaires étrangères ont ouvert 200 comptes sur les réseaux sociaux, dont 60 au second semestre 2019 et 70 au premier semestre 2020. Les événements de Hong Kong à l’été 2019 ont entraîné une présence accrue des autorités chinoises sur Twitter. Cela fait suite à un discours de 2013 du président chinois Xi Jinping, qui avait appelé à mieux raconter l’histoire de la Chine et à mieux faire entendre sa voix. Il s’agit de présenter des éléments de langage à l’étranger, en vue de discréditer toute critique du Parti communiste chinois et de sa politique et aussi de s’insérer dans le débat public international. Les médias chinois comme le quotidien Global Times et l’agence de presse Xin Hua se sont massivement investis dans le réseau social You Tube.

La « diplomatie guerrière ». Un film, sorti en Chine en 2017, a remporté un gros succès. Il met en scène un ancien agent des forces spéciales, devenu mercenaire en Afrique, qui sauve des personnels humanitaires des mains de trafiquants et de mercenaires divers. Selon Antoine Bondaz, il véhicule l’idée que les militaires chinois vont à l’étranger défendre la cause de leur pays. Ce concept de la diplomatie des guerriers a été présenté par les médias de Hong Kong puis repris à l’étranger. Il vise à convaincre le grand public chinois que les représentants de leur pays, notamment les diplomates et les médias, défendent l’honneur de la Chine, au-delà de simples intérêts. Cette rhétorique agressive semble en grande partie appréciée. Les diplomates chinois se différencient ainsi de leurs collègues étrangers. Par ailleurs, indique Antoine Bondaz, la Chine use de la désinformation pour essayer d’imposer ses éléments de langage à l’étranger. Ainsi, la communication de l’ambassade de Chine en France se démarque de celle des autres ambassades par un ton particulièrement agressif dans ses communiqués, des généralisations grossières et des propos parfois insultants envers certains chercheurs et la presse française à propos du Covid-19. Celle-ci est accusée de mensonges, de racisme antichinois et d’alignement sur la politique américaine qui lui ôte toute indépendance. Selon le quotidien Le Monde, dans une tribune mise en ligne le 12 avril 2020, l’ambassade de Chine en France reproche aux pays occidentaux d’avoir dénigré la Chine dans sa gestion de la crise du Covid-19 et accuse violemment le personnel soignant des maisons de retraite françaises d’abandon de poste. Deux jours plus tard, l’ambassadeur Lu Shaye a été convoqué par le ministre des Affaires étrangères et de l’Europe, Jean-Yves Le Drian, qui lui a fait part de sa « désapprobation de certains propos récents ». Déjà, indique Antoine Bondaz, cet ambassadeur, auparavant en poste à Ottawa, s’était fait remarquer par ses propos virulents et insultants envers les médias canadiens pour leur couverture de l’affaire de l’entreprise chinoise de télécommunications Huawei et de l’arrestation de sa vice-présidente Meng Wanzhou sur demande des Etats-Unis.

Conséquences en Europe. La détérioration de l’image de la Chine à l’étranger a commencé en 2018, comme le montrent des sondages récents du centre européen de recherche ECFR, indique Antoine Bondaz. En France, elle est tombée à 33 % d’opinions favorables en 2019, avant même la pandémie. Au niveau européen, un consensus s’est dégagé sur les grands dossiers, dont Hong Kong et la répression contre les Ouïghours du Xinjiang. Lors des négociations entre l’Union européenne (UE) et la Chine, Charles Michel, président du Conseil européen (depuis 2019), et Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne (depuis 2019) ont tenu des propos très durs sur la Chine, qui ont surpris leurs nouveaux interlocuteurs chinois. La question de la réciprocité devient centrale dans les négociations bilatérales aux niveaux de l’UE ou des Etats membres, en raison des promesses non respectées par la Chine depuis des années. Toutefois, cela n’implique guère de sanctions économiques dans l’immédiat, estime Antoine Bondaz. Sans remettre en cause la mondialisation, la diversification des sources d’approvisionnement et la relocalisation d’une partie des industries stratégiques réduisent l’exposition aux risques.

Hong Kong, le Xinjiang et la 5 G. Les décideurs européens s’intéressent, depuis 2016, à Hong Kong et, depuis 2017, au Xinjang, dont un peu moins de 50 % de la population appartient à la communauté ouïghoure, turcophone et musulmane. Ils demandent d’y accéder, pour se rendre compte de la situation, et des explications sur la révélation de camps d’internement, la stérilisation forcée et la disparition d’une partie du patrimoine religieux. Le Parlement européen a décerné le prix Sakharov (droits de l’Homme) 2019 à l’universitaire ouïghour Ilham Tohti. Les Etats-Unis vont sanctionner les entreprises chinoises ou étrangères qui utilisent de la main-d’œuvre forcée des camps d’internement pour leurs produits destinés à l’exportation. Quant à la téléphonie mobile 5 G, développée par la Chine, elle prend une dimension politique. Les Etats-Unis la retardent et la Grande-Bretagne l’a interdite pour des raisons de sécurité. Le gouvernement français tente de faire prendre conscience aux entreprises de télécommunications des risques. Toutefois, rappelle Antoine Bondaz, la Chine reste incontournable sur les nouvelles technologies, les normes internationales, la réforme de l’ONU et de l’OMS ou le réchauffement climatique. Elle produit notamment 30 % des émissions de gaz à effet de serre.

Loïc Salmon

Chine : diplomatie « sanitaire » via les « Routes de la Soie »

Chine : une stratégie d’influence pour la puissance économique

Etats-Unis : stratégie d’influence et politique étrangère




Covid-19 : conséquences stratégiques en Asie

La Chine compense sa gestion discutable du Covid-19 par une réaffirmation de sa puissance régionale, face aux régimes démocratiques du Japon, de la Corée du Sud, de Taïwan et de Hong Kong et pour y contrer l’influence des Etats-Unis.

C’est ce qui ressort d’une visioconférence-débat organisée, le 28 mai 2020 à Paris, par la Fondation pour la recherche stratégique (FRS) et animée par Bruno Tertrais, directeur adjoint. Y sont intervenus : Valérie Niquet, maître de recherche à la FRS ; Jean-Pierre Cabestan, professeur à l’Université baptiste de Hong Kong ; Antoine Bondaz, chargé de recherche à la FRS.

Chine. Le retard de la Chine dans le traitement de l’épidémie du Covid-19 et l’opacité des chiffres, jugés peu crédibles à l’étranger, sur le nombre des victimes, a suscité localement une inquiétude, accrue par la situation économique, souligne Jean-Pierre Cabestan. Les exportations reprennent lentement, la consommation ne répond pas et le chômage touche les migrants, contraignant le gouvernement à des réformes économiques et sociales. Son discours nationaliste rencontre du succès sur le plan intérieur, surtout après la reprise, en mai, des manifestations pro-démocratie à Hong Kong. Là, la prévention du Covid-19 a été efficace grâce à la fermeture de la frontière avec la Chine, sous la pression du corps médical menaçant de faire grève. Une reprise en main trop brutale par Pékin risque de provoquer un exil de plusieurs banques et entreprises étrangères vers Singapour ou le Japon. Déjà, sa diplomatie agressive contre la démocratie alimente la tension avec les Etats-Unis et nuit à l’image de la Chine parmi les pays en développement. Les pays récipiendaires du projet des « Routes de la Soie » demandent à renégocier leurs dettes. Malgré leur présence navale dans la région, les Etats-Unis n‘ont pu empêcher la Chine de construire des installations militaires sur des îles artificielles et des atolls.

Japon. Dès l’apparition du Covid-19, le Japon a fermé ses frontières, indique Valérie Niquet. Le gouvernement central a su mobiliser les divers ministères et les gouverneurs (élus) des préfectures qui ont montré leur efficacité. Fin mai, seulement 850 décès ont été imputés au Covid-19, sur une population de 126 millions d’habitants. Toutefois, l’état d’urgence ne peut être imposé, pas plus que le confinement de la population, qui se voit seulement « conseillée » en matière de prévention. Les hôpitaux disposent de beaucoup de lits, mais de peu de lits de réanimation. Sur le plan économique, le gouvernement a distribué 1.000 $ par habitant et préparé un plan de relance équivalant à 20 % du produit intérieur brut. Premier partenaire commercial, la Chine constitue les deux tiers des 30 millions de touristes étrangers annuels au Japon et y alimente des chaînes de productions industrielles. En conséquence, certaines entreprises de haute technologie seront relocalisées au Japon et dans d’autres pays asiatiques. Par ailleurs, le Japon a demandé une enquête sur l’influence chinoise au sein de l’Organisation mondiale de la santé et souligne les incidents graves aux îles Senkaku (territoire japonais revendiqué par la Chine) et les intrusions de la Chine dans ses relations avec Taïwan.

Corées du Sud et du Nord. Forte de son expérience de l’épidémie de Sras (2005), la Corée du Sud a appliqué les trois « T » à celle du Covid-19 : tester, tracer et traiter, explique Antoine Bondaz. Elle n’a pas fermé ses frontières, se contentant d’un contrôle sanitaire aux aéroports. La Corée du Nord a fermé les siennes et poursuivi ses programmes militaires (nucléaire et balistique).

Loïc Salmon

Chine : diplomatie « sanitaire » via les « Routes de la Soie »

Défense : opération « Résilience » contre le covid-19

Chine : l’instrumentalisation de l’Afrique et ses conséquences