Soldat de la cyberguerre

Arme de l’anti-terrorisme, le cyber dispose d’instruments pour maîtriser l’escalade d’une crise avec la possibilité d’agir, sans recourir à la force armée, et d’exercer de l’influence. Il emploie environ 3.500 personnes, civiles et militaires, en France.

La loi de programmation militaire 2024-20230 accorde un budget de 4 Mds€ au cyber, désigné comme la sixième fonction stratégique après les connaissance et anticipation, prévention, dissuasion, protection et intervention. Les agresseurs du cyber cherchent à déstabiliser les nations démocratiques par la propagande terroriste, le complotisme, l’ingérence dans les élections, les prises d’otages et les sabotages informatiques. Motivés par des considérations mafieuses, idéologiques ou de volonté de puissance, ils utilisent des outils technologiques perfectionnés pour nuire au sein du monde numérique interconnecté. Sur le plan militaire, la guerre devient de plus en plus globale, sans déclaration formelle au sens du droit des conflit armés. Les actions qui se déroulent dans la sphère militaire peuvent avoir des répercussions dans le monde civil et vice versa. Les cyberattaques sont souvent attribuées à la Russie, la Chine, la Corée du Nord ou leurs supplétifs, mais aussi aux mouvements hacktivistes, à des organisations criminelles et à des groupes iraniens, pakistanais et indiens émergents. Le cyber a été pris en compte très tôt par le groupe des « Five Eyes », à savoir les États-Unis, la Grande-Bretagne, l’Australie, le Canada et la Nouvelle-Zélande, qui coopèrent en matière de renseignement électronique depuis 1955. Aux États-Unis, le cyber relève de la National Security Agency (NSA) et, en Grande Bretagne, du Government Communications Headquarters. En 2013, le lanceur d’alerte Edward Snowden révèle aux journaux américain The Washington Post et britannique The Gardian que la NSA a un accès direct aux serveurs d’Apple, de Google, Microsoft, Facebook, Yahoo, d’AOL et de Paypal. En France, l’Agence nationale de la sécurité des systèmes informatiques voit le jour en 2009 et le Commandement de la cyberdéfense (Comcyber) en 2017. Son premier commandant, le futur vice-amiral d’escadre Arnaud Coustillière, commence en 2013 avec une petite équipe de dix personnes qui va monter en puissance. Il s’agit surout de jeunes diplômés bac + 5, en majorité issus des sciences sociales, mais aussi des mathématiciens, cryptographes et spécialistes de l’intelligence artificielle. Le plus délicat, explique l’amiral, consiste à bien calibrer les outils cyber avant une mission offensive, toujours conçue sur mesure. Un exercice a convaincu l’État-major des armées de la nécessité d’intégrer la cyberdéfense tactique dans sa conceptions stratégique. Ainsi pendant un weekend, des militaires des forces spéciales et du cyber ont progressé sur le terrain en toute discrétion avec les mêmes équipements de combat. Les seconds ont emporté des ordinateurs reliés par satellite au centre technique des opérations de lutte informatique offensive. Aujourd’hui, la compétence du Comcyber s’étend aux actions numériques de prévention, protection, influence, lutte défensive et lutte offensive (spécificité de la Direction générale de la sécurité extérieure). Depuis 2014, des exercices « Defnet » mobilisent les plateformes des centres techniques des différentes armées et aussi des écoles d’ingénieurs à des fins de recrutement. Dans le cadre de l’OTAN, l’exercice de cyberdéfense « Locked Shield » a lieu chaque année en Estonie avec la participation d’une vingtaine de pays, dont la France. Le scénario comporte tous les volets d’une cyberattaque d’envergure en temps réel : technologies de pointe ; simulation de toute la complexité de l’attaque ; prise de décision stratégique ; aspects juridiques et de communications. Entre Alliés, les échanges se limitent aux effets et cibles, car les modes opératoires techniques ne se partagent pas.

Loïc Salmon

« Soldat de la cyberguerre », Arnaud Coustillière et Aude Leroy. Éditions Tallandier, 280 pages, 20,90 €.

Cyber : champ de lutte informatique et d’influence

Cyberdéfense : ciblage, précaution et proportionnalité

Cyberdéfense militaire : DEFNET 2015, exercice interarmées à tous les niveaux




Cahiers de guerre d’un avocat normand, les batailles de Champagne 1915

Les assauts français de 1915 contre les tranchées allemandes, précédés de canonnades parfois mal ajustées, ont été particulièrement meurtriers.

Firmin Daligault, avocat mobilisé comme adjudant puis promu lieutenant, y a participé. Sa description des événements, ses impressions et ses analyses, écrites sur des cahiers d’écolier, témoignent de l’enfer de ces batailles. Avant d’être envoyé en première ligne en février, il rapporte les propos concordants des blessés qui en reviennent : « Ce n’est plus une bataille, c’est un carnage, partout des morts, partout des blessés, on marche dessus, sur des cadavres pourris là depuis un mois, sur des cadavres là d’hier, sur des blessés même qu’on ne peut pas éviter. Et notre propre artillerie nous cause énormément de dégâts, le tir est mal réglé, rien n’est prêt pour la lutte, et toujours malgré tout, sans préparatifs, il faut aller à l’assaut où tous les officiers tombent et d’où peu d’hommes reviennent. »  Quand son tour arrive, il reçoit les consignes excluant la capture de prisonniers. L’assaut est accueilli par le feu des mitrailleuses allemandes. Un ordre du haut commandement, quel qu’il soit, ne se discute pas, même si les officiers sur le terrain se rendent compte de l’impossibilité d’une attaque malgré les bombardements préalables. Un échec, dû au manque de renseignements ou aux cartes d’état-major erronées, ne doit pas se solder par l’abandon d’un pouce de terrain. Ce serait considéré comme une trahison par le haut commandement, partisan de l’offensive à outrance. Des conférences sont alors organisées pour remonter le moral des troupes, mais les événements contredisent leurs informations mensongères et sapent la confiance. Ainsi l’allégation, selon laquelle les Allemands meurent de faim, se trouve démentie par la découverte d’un abri ennemi, bien garni en saucissons et cigares, ou le passage de prisonniers apparemment bien nourris. De même, l’ennemi n’aurait plus de munitions ou elles seraient de mauvaise qualité et n’éclateraient pas, alors que ses obus tuent beaucoup d’hommes. Les extraits des journaux de marche du 104ème Régiment d’infanterie, celui de l’auteur, mentionnent avec précision le déroulement d’une opération avec le nombre de morts, de blessés et de disparus. Et puis, il y a l’épuisement, les nuits sans sommeil par une température froide, la boue, les rats, le manque de nourriture et d’eau pendant plusieurs jours et même les vols des affaires de ceux partis au combat et sur les cadavres des tués. Firmin Daligault n’épargne pas la haute hiérarchie de ses critiques : « On ne saurait trop oublier en effet les erreurs des grands pontifes, des membres du Conseil supérieur de la guerre, le néfaste de leurs théories, leurs inconséquences blâmables et aussi leur incurie dans la préparation de la guerre. Et ceux-là même qui avaient pour mission de mettre le pays en état de défense, qui disposaient de toutes les énergies, de toutes les bonnes volontés ne reculant devant aucun sacrifice, ils étaient les premiers à ne pas croire à la guerre et leurs plans de campagne étaient de faire avancer leurs amis (…) au détriment des officiers laborieux et consciencieux qui, dégoûtés, s’en allaient. » Par ailleurs, l’exécution en public d’un soldat, condamné à mort pour abandon de poste devant l’ennemi, a failli provoquer une mutinerie dans le 104ème Régiment d’infanterie. Cet abandon de poste se complique de la mutilation volontaire qui, non prévue par le code militaire à l’époque, ne peut être punie que comme abandon de poste. L’exécution a été organisée comme une cérémonie officielle avec drapeau et musique en tête. Le condamné, un pansement à la main, a été fusillé. « Cette condamnation, de l’avis de tous, fut plus qu’une erreur judiciaire, souligne l’avocat Daligault, on a dit avec juste raison qu’elle fut un crime. »

Loïc Salmon

« Cahiers de guerre d’un avocat normand, les batailles de Champagne 1915 », Firmin Daligault. Éditions Lamarque, 336 pages, 26 €.

Images interdites Grande Guerre

Exposition « Le nouveau visage de la guerre » à Verdun

Renseignement et espionnage pendant la première guerre mondiale




L‘ordre de Saint-Michel

A l’origine outil d’affirmation du pouvoir royal, l’ordre de Saint-Michel a accompagné l’évolution des distinctions récompensant la fidélité à la personne du souverain puis le mérite civil jusqu’à la création de la Légion d’honneur en 1802.

Institué le 1er août 1469 au château d’Amboise par Louis XI, l’ordre s’inscrit dans la tradition médiévale des compagnies chevaleresques des Cours européennes perpétuant la légende des chevaliers de la Table Ronde. Dès 1348, le roi d’Angleterre Édouard III fonde l’ordre de la Jarretière qu’il place sous la protection de Saint-Georges. Depuis le XIIème siècle, les rois Capétiens manifestent leur attachement à l’archange saint Michel, chef des milices célestes. Pendant la guerre de Cent-Ans, ce dernier devient le symbole national en France, face à saint Georges pour l’Angleterre. Tous deux ont vaincu le dragon représentant le Mal. Saint Michel, cité dans la Bible, l’attaque à pied, tandis que saint Georges, valeureux soldat romain martyrisé pour sa foi chrétienne selon une légende du XIème siècle, le combat à cheval pour sauver une jeune femme. Pour Louis XI, l’ordre de saint Michel prend une dimension politique afin de rallier à lui la haute noblesse, face à son adversaire le puissant duc de Bourgogne Charles le Téméraire, dont le père, Philippe le Bon, a institué l’ordre de la Toison d’or en 1430. De fait, tous les ordres royaux ou princiers européens s’inspirent de celui de la Jarretière avec un saint patron prestigieux, un souverain chef de l’ordre, un nombre limité de chevaliers habilement sélectionnés, un signe d’appartenance matérialisé par une ceinture ou un collier, dont la remise et le port donnent lieu à des rituels soigneusement codifiés. L’insigne de l’ordre de Saint Michel se compose d’un médaillon, montrant saint Michel terrassant le dragon, et d’un collier constitué de cordelières des moines franciscains et de coquilles saint jacques. Celles-ci symbolisent le pèlerinage à saint Jacques de Compostelle (Espagne), mais aussi au mont Saint-Michel (Normandie), retenu comme siège de l’ordre et qui a victorieusement résisté aux Anglais. L’intégration dans l’ordre de Saint-Michel exige des chevaliers de renoncer à toute autre appartenance, à l’exception des empereurs, rois et ducs, eux-mêmes souverains d’un ordre. Comme les autres ordres de chevalerie, celui de Saint-Michel prend dès le début une dimension diplomatique. Louis XI le confère au roi du Danemark Jean II puis au à celui d’Écosse Jacques III, mais aussi aux serviteurs les plus fidèles, aux seigneurs récemment ralliés, à certains grands féodaux et à la petite noblesse attachée aux différents offices de la Couronne. Sous François Ier, l’ordre se réunit en 1527, 1528, 1542, 1543 et 1546…le 29 septembre, jour dédié à saint Michel. Sous Henri II, la fête de l’ordre intègre les rituels de la monarchie. Ensuite, les guerres de religion entre catholiques et protestants pèsent lourdement sur la vie de l’ordre. Son succès politique, dû à des nominations pléthoriques, cause sa chute. Henri III le relègue au second plan en établissant l’ordre du Saint-Esprit en 1578. Henri IV nomme des chevaliers dans les deux ordres. Louis XIII innove en attribuant l’ordre de saint Michel à des artistes peintres. Louis XIV le réforme, confirme son statut d’ordre noble et essentiellement militaire et réduit son effectif à 100 récipiendaires. Puis il crée l’ordre de Saint-Louis pour récompenser les services militaires mais sans contingents limités, ce qui renforcera son éclat. Louis XV et Louis XVI ouvrent l’ordre de Saint-Michel à des personnalités méritantes de la magistrature, des sciences, des arts et du commerce, anoblies pour la circonstance. Aboli en 1791, l’ordre réapparaît sous la Restauration en 1814 jusqu’à sa suppression en 1830. Enfin, avant leur largage sur la Bretagne le 6 juin 1944, les commandos français du Special Air Service britannique ont choisi saint Michel comme patron des parachutistes.

Loïc Salmon

« L’ordre de Saint-Michel », ouvrage collectif. Éditions Pierre de Taillac, 182 pages, nombreuses illustrations, 39 €.

La Légion d’honneur

D’or et d’argent

Epopée de la Médaille militaire

 




Les services secrets chinois, de Mao au Covid-19

Pilier du pouvoir du Parti communiste (PCC) depuis cent ans, la communauté chinoise du renseignement est devenue la plus importante du monde.

A la tête de chaque service de renseignement (SR) se trouvent un directeur technique pour la qualité des opérations quotidiennes et un commissaire politique pour garantir une orientation idéologique en conformité avec la stratégie définie par le PCC. Sécurité interne, gestion du « laogai » (travail forcé) et répression des dissidents font partie de cette communauté. Dans les années 1980, les SR accompagnent la modernisation du pays et prennent une dimension mondiale dans la décennie suivante à la faveur de la transformation du KGB soviétique, consécutive à l’implosion de l’URSS. Tout commence dans les années 1920 quand la représentation du GRU (SR militaire soviétique puis russe) à Pékin contrôle le SR du Kuomintang nationaliste…et celui, encore embryonnaire, du PCC ! Par ailleurs, le « mandarin révolutionnaire » Zhou Enlai (1898-1976), futur Premier ministre de la République populaire de Chine de 1949 à sa mort, devient directeur politique de l’Académie militaire de Huangpu à Canton, créée à l’instigation de l’URSS et dirigée par le général Chiang Kai-shek (1887-1975), futur président de la Chine nationaliste. Dans les années 1940, Zhou dirige le « Département du travail du front uni » (encore actif), chargé d’influencer des partis ou des gouvernements étrangers pour construire la Chine future. Ainsi, 84 savants chinois formés aux États-Unis vont rallier Pékin, dont certains développeront l’arme nucléaire, les fusées, les missiles et la guerre bactériologique. En 1945, Zhou contrôle les renseignements extérieurs, politiques et diplomatiques du PCC. En 1949, il envoie un couple à Hong Kong (colonie britannique jusqu’en 1997) monter l’agence de presse Chine nouvelle (Xinhua), et intégrée à la collecte du renseignement et organe de propagande. Dans les années 1950 et 1960, des défections permettent d’identifier des correspondants de Xinhua comme agents de liaison des mouvements de guérilla en Afrique, en Asie et en Amérique latine. La Révolution culturelle en Chine (1966-1976) provoque la désintégration des SR, mais Zhou parvient à maintenir des réseaux utiles à sa diplomatie. En 1978, deux ans après la disparition de Mao Tsé-toung, Deng Xiaoping (1904-1997) contrôle le PCC et les forces armées, lance un vaste programme de réformes économiques et crée, en 1983, la grande agence de renseignement Guoanbu, qui participe à la collecte scientifique et technologique à l’étranger. Le Programme 863, annoncé en 1986, a mobilisé 3.000 savants qui, en dix ans, ont atteint 1.500 objectifs concernant la défense, l’aéronautique, l’espace, le numérique, l’intelligence artificielle, les lasers, les automates, l’énergie et les nouveaux matériaux. L’espionnage des biotechnologies et des connaissances médicales et pharmaceutiques commence dès les années 1980. Deux décennies plus tard, le secrétaire général du PCC et président de la Commission militaire centrale, Xi Jinping (né en 1953) dévient président de la République en 2013 et est réélu pour la troisième fois en 2023. De sa réforme des forces armées, en 2015, résulte la Force de soutien stratégique, qui intègre la plupart des composantes du renseignement militaire, dont les départements de la guerre de l’information (collecte du renseignement, analyse, diffusion et soutien technique). Elle regroupe : les moyens de la reconnaissance aérospatiale avec le système satellitaire de communications Beidou, l’imagerie et les drones ; une armée « cyber » pour le renseignement et les opérations offensives ; des troupes de la guerre électronique. En 2020, les SR de la Chine ont atteint le niveau technologique de ceux de la Russie et même de ceux des États-Unis.

Loïc Salmon

« Les services secrets chinois, de Mao au Covid-19 », Roger Faligot. nouveau monde éditions, 714 pages, 12,90 €.

Chine : ambition hégémonique du Parti communiste

Chine : cyber-espionnage et attaques informatiques

Chine : ingérence et « guerre politique » croissantes




Renseignement et espionnage pendant la première guerre mondiale

Les moyens techniques du renseignement connaissent des progrès considérables. La cryptologie et les interceptions des communications donnent naissance au renseignement électromagnétique. Les opérations clandestines portent surtout sur le sabotage et la subversion.

La reconnaissance aérienne renseigne le commandement en temps réel, grâce aux avions d’observations équipés de postes de radio. S’y ajoutent les prises de vues réalisées entre 50 m et 300 m d’altitude, pour les photos obliques, et entre 50 m et 4.200 m pour celles verticales. Pour les agents secrets, la microphotographie permet d’envoyer 21 pellicules contenant 38.000 dépêches, glissées dans un tube d’aluminium de 5 cm de long attaché à la patte d’un pigeon voyageur, moyen rustique mais considéré comme sûr. Le largage de pigeons derrière les lignes ennemies par voie aérienne reste d’actualité jusqu’à la fin de la guerre. Les écoutes et la radiogoniométrie permettent de situer les PC ennemis et reconstituer leur ordre de bataille, localiser les groupes d’artillerie et suivre les raids nocturnes des dirigeables allemands Zeppelin, lancés contre l’Angleterre et la France en 1916 et 1917. Dans le domaine naval, outre les informations des services de renseignement agissant en territoire neutre ou ennemi et celle des bureaux de renseignements maritimes dans les ports, la Marine française s’appuie sur le déchiffrement des interceptions radio et sur l’assistance britannique, qui va s’avérer déterminante pour la lutte contre les sous-marins ennemis, la protection du commerce maritime de la France avec ses colonies et le contrôle du blocus économique contre la coalition des Empires allemand, austro-hongrois et ottoman et du Royaume de Bulgarie. L‘Amirauté britannique crée un service de cryptologie dénommé « Room 40 », dont les experts parviennent à décrypter plus de 15.000 messages allemands et à détecter les actions navales planifiées, conduisant à la perte de la moitié de la flotte de surface impériale. Les stations d’écoute, installées le long des côtes britanniques, permettent, dès la fin de 1914, de pister un sous-marin allemand dès son appareillage jusqu’à sa plongée. En outre, depuis le début du XXème siècle, la Grande-Bretagne dispose d’un réseau de câbles sous-marins connectés jusqu’à l’Australie, la Nouvelle-Zélande et ses possessions du Pacifique. En 1917, les câbles sous-marins allemands ayant été coupés, un message secret du ministre allemand des Affaires étrangères destiné au gouvernement mexicain dut transiter par le réseau des États-Unis…que les Britanniques interceptaient à leur insu ! Le fameux télégramme Zimmerman, décrypté par Room 40 et rendu public par le gouvernement britannique, provoque l’entrée en guerre des États-Unis le 5 avril 1917. Pour protéger le canal de Suez face à l’Empire ottoman, les services de renseignements britanniques suscitent la révolte des tribus arabes en 1917. De son côté, l’Empire allemand utilise les mêmes moyens techniques de renseignement et recourt aussi aux opérations secrètes. Dès juillet 1914, l’ambassade d’Allemagne à Washington reçoit pour mission de porter la « guerre clandestine » sur le territoire des États-Unis désignés comme « l’ennemi invisible ». Entre janvier et juillet 1915, 17 navires ont été sabotés dans des ports américains. En 1916 et 1917, des attentats sont perpétrés dans un dépôt de munitions à Jersey-City (7 morts), dans un chantier naval près de San Francisco (8 morts) et dans le port canadien de Halifax (2.000 morts). Mais le plus grand succès des opérations clandestines allemandes reste le soutien logistique et financier au Parti bolchevique pour instaurer une république en Russie, alliée de la France et de la Grande-Bretagne. Cela entraînera la paix séparée de Brest-Litovsk (3 mars 1918).

Loïc Salmon

« Renseignement et espionnage pendant la première guerre mondiale », ouvrage collectif. Éditions Cf2R Ellipses, 576 p., 29,50 €.

Renseignement et espionnage pendant l’Antiquité et le Moyen-Âge

Renseignement et espionnage de la Renaissance à la Révolution (XVe-XVIIIe siècles)

Renseignement et espionnage du Premier Empire à l’affaire Dreyfus (XIXe siècle)

La nouvelle guerre secrète




Victoire ! La fabrique des héros

Outre sa dimension guerrière, la notion de victoire s’applique aussi à la littérature et à la politique, mais surtout au sport de compétition. Elle y acquiert la même aura, après une longue préparation et des efforts intenses pour se dépasser et l’emporter.

Décidée selon des modalités diverses, la victoire sportive s’intègre dans une hiérarchie des valeurs et fait l’objet de réjouissances, allant des stades aux palais présidentiels, et renouvelle les expressions du sentiment national. La célébration de la victoire prend une place particulière dans le cadre des Jeux Olympiques, où les médailles acquises donnent une renommée plus durable que celles des championnats du monde. Dans l’Antiquité, les cités grecques organisaient des jeux sportifs dans à Olympie en l’honneur de Zeus olympien, du VIIIème siècle avant J.-C au IVème siècle après J.-C. Elles récompensaient uniquement les vainqueurs par un rameau d’olivier sauvage, symbole de la sagesse, de la gloire et de la paix. Lors de ses propres jeux, Athènes offrait aussi des amphores spécifiques remplies de l’huile des oliviers sacrés, produit très précieux et donc cher. Le vainqueur revendait alors l’huile et gagnait une importante somme d’argent. En 1894, le baron français Pierre de Coubertin fonde le Comité international olympique qui structure les Jeux dans le cadre de la Charte olympique. Le premiers Jeux olympique modernes commencent en 1896 à Athènes avec un sacre sommaire. Le vainqueur est couronné d’olivier et reçoit une médaille d’argent. Le second obtient une couronne de laurier et une médaille de bronze. Ce n’est qu’en 1904, lors des Jeux de Saint Louis (États-Unis), que l’or, l’argent et le bronze sont remis aux athlètes. Le podium apparaît en1932, durant les Jeux d’hiver à Lake Placid (États-Unis), Désormais, la remise des médailles s’effectue sur une estrade selon un protocole strict. Le premier athlète, au centre, reçoit une médaille d’or et le titre de champion olympique. Le deuxième, placé à sa droite, obtient une médaille d’argent et le troisième, à sa gauche, une médaille de bronze. Les drapeaux des pays des trois vainqueurs sont hissés, mais seul l’hymne national du médaillé d’or retentit. Dans certains cas, les vaincus sont honorés presqu’à l’égal des vainqueurs : glorification des Spartiates défaits aux Thermopyles par l’armée perse (480 avant J.-C.) ; siège de Fort Alamo (Texas, 1836) ; résistance d’une compagnie de la Légion étrangère française à Camerone (Mexique, 1863). Ce goût des perdants magnifiques se retrouve dans le sport. Ainsi, lors de la Coupe de football des clubs de champions européens à Glasgow (Écosse) en 1975-1976, l’équipe française des Verts de Saint-Étienne, battue par l’équipe allemande du Bayern de Munich, est ovationnée le lendemain sur les Champs-Élysées à Paris. Quoique souvent associé aujourd’hui au monde du sport, le trophée témoigne d’abord d’une victoire militaire par l’exposition d’armes ou d’objets symboliques du vaincu, comme l’épée du roi François 1er, fait prisonnier à Pavie en 1525 par le général Juan de Aldana. Échangée par son fils contre une pension du roi d’Espagne Philippe II en 1585, elle sera récupérée par la France…en 1808, pendant la guerre de l’armée napoléonienne contre l’Espagne. Le trophée se perpétue dans le domaine de la chasse par la tête, naturalisée et montée sur un écusson, d’un animal d’une exceptionnelle splendeur, puissance ou rareté. Récompense de portée internationale, le prix Nobel, créé par le Suédois Alfred Nobel inventeur de la dynamite, honore une personnalité ou une organisation pour son action en faveur du bien-être de l’humanité. Il concerne six domaines : physique ; chimie ; littérature (Annie Ernaux, première Française en 2022) ; médecine ; économie ; paix (l e Sud-Africain Nelson Mandela en 1993, entré dans l’Histoire par la défaite).

Loïc Salmon

« Victoire ! La fabrique des héros », ouvrage collectif. Éditions In Fine et Musée de l’Armée, 344 pages, 275 illustrations, 35 €

Exposition « Victoire ! La fabrique des héros » aux Invalides

Dans la peau d’un soldat

Les canons de l’élégance




D’Artagnan et les mousquetaires du roi à Vincennes

Le vrai D’Artagnan, le plus célèbre mousquetaire du roi, reste toujours méconnu 350 ans après sa mort, alors que son mythe perdure dans monde. Une exposition, organisée par le Service historique de la défense à Vincennes, permet d’en savoir plus.

La compagnie des mousquetaires, instituée par Louis XIII en 1622, a pour mission première la protection du roi, après les deux régicides consécutifs contre Henri III (2 août 1589) et Henri IV (14 mai 1610). Dans les années 1620, le roi l’emploie aussi sur les champs de bataille, car ces cent mousquetaires, fantassins montés, constituent une nouveauté au début du XVIIème siècle. Ils combattent à pied ou à cheval en utilisant le mousquet à mèche ou l’épée. Leur renommée commence avec leur participation aux opérations du siège de La Rochelle (1627-1628) et au combat du Pas-de-Suse (1629). Pour soutenir les huguenots français qui se sentent menacés, l’Angleterre, protestante, envoie une troupe conquérir l’Île de Ré. Pour mater La Rochelle perçue comme un « État dans l’État », Louis XIII et le cardinal de Richelieu chassent les Anglais de l’Île de Ré et assiègent La Rochelle. Pendant la guerre de Trente ans (1618-1648) qui oppose des États catholiques et protestants d’Europe centrale, la France tente d’avancer des pions face à l’Espagne, très influente parmi les États italiens. L’armée française affronte les Savoyards, alliés des Espagnols, dans les Alpes dans un défilé en amont de la ville de Suse. Louis XIII charge en première ligne sur le champ de bataille et impose le déploiement des mousquetaires à pied. Très loin de l’image du roi faible et de la légende noire du cardinal que donne Alexandre Dumas dans « Les Trois mousquetaires », Louis XIII, dernier roi guerrier de France, et Richelieu mettent en place la monarchie absolue de droit divin…dont profitera Louis XIV quelques décennies plus tard !

Charles de Batz de Castelmore, comte D’Artagnan (vers 1610/1615-1673) figure parmi ces cadets de Gascogne, qui comptent sur leur bravoure au combat et leurs appuis à la Cour pour progresser dans la carrière des armes. Il n’a en effet guère d’autre choix que de s’engager au service du roi, car issu d’une famille de petite noblesse peu fortunée. Sa famille maternelle, les Montesquiou D’Artagnan, dont il prendra le nom, l’introduisent à la Cour dans les années 1630. Recensé lors d’une revue comme mousquetaire du roi en 1633, il poursuit sa carrière dans le Régiment des gardes françaises, où servent de nombreux Gascons sous les ordres du maréchal de Grammont. En 1646, il entre au service du cardinal Mazarin…en tant que messager ! Pendant la Fronde (1648-1653), D’Artagnan exerce ses fonctions entre le cardinal en exil et la Cour itinérante de la reine régente Anne d’Autriche et du jeune Louis XIV. Officier des Gardes françaises, il participe aux dernières campagnes de la guerre franco-espagnole, où il est blessé au siège de Stenay (1654). Nommé sous-lieutenant de la Compagnie des mousquetaires en 1658, il épouse, l’année suivante, Charlotte-Anne de Chalency, riche veuve issue d’une famille de la noblesse de Bourgogne. Son contrat de mariage, présenté à l’exposition, mentionne les signatures de Louis XIV et de Mazarin. A la mort de ce dernier (1661), Louis XIV ordonne à D’Artagnan d’arrêter le surintendant Nicolas Fouquet (condamné après trois ans de procès) et de l’escorter de prison en prison jusqu’à Pignerol (plaine du Pô) en 1665. Nommé gouverneur de Lille en 1672, il participe au siège de Maastricht, où il est tué l’année suivante…d’une balle de mousquet.

Loïc Salmon

L’exposition « Mousquetaires » (14 septembre 2023-13 janvier 2024) se tient au château de Vincennes, pavillon du Roi. Elle rassemble uniformes, livres, documents, tableaux et gravures. L’entrée est gratuite. Visites guidées possibles. Un catalogue, édité par le Service historique de la défense, est disponible au prix de 25 €. Renseignements : https://www.servicehistorique.sga.defense.gouv.fr

Exposition « Mousquetaires » au musée de l’Armée

Mousquetaires !




Les sentinelles oubliées

Les missions militaires française, britannique et américaine de liaison à Berlin ont effectué des missions de renseignement opérationnel de 1947 à 1991 pour évaluer la menace des armées du Pacte de Varsovie et déceler toute tentative d’attaque surprise contre l’Ouest.

Des accords militaires, conclus après la seconde guerre mondiale, tolèrent une sorte d’espionnage réciproque par les missions militaires soviétique, américaine, britannique et française. Toutefois, alors que la mission soviétique opère à l’Ouest dans un pays démocratique, la République fédérale allemande, respectueuse du droit, les missions occidentales circulent à l’Est dans un pays totalitaire et hostile, la République démocratique allemande (RDA), où chaque citoyen a le devoir de surveiller l’autre. Le gouvernement est-allemand et la Stasi, sa police politique et service de contre-espionnage, veulent délibérément créer des incidents graves, considérant les missions occidentales comme des « nids d’espions » autorisés par « l’occupant soviétique » et susceptibles de « pervertir » la population est-allemande. Ainsi de 1975 à 1990, la mission britannique a répertorié 286 incidents graves, dont 13 tirs d’armes légères. Des équipes spécialisées mixtes soviétiques (spetsnaz) et est-allemandes (Stasi), constituées dans les années 1980, capturent des équipages et confisquent leurs matériels. En conséquence, les membres des missions militaires occidentales en RDA, dépourvus de toute immunité diplomatique, ont le sentiment d’avoir mené une guerre sans armes et assimilable à une opération extérieure, comme le prouvent la mort ou les blessures de nombre d’entre eux. Organisme interarmées placée sous l’autorité directe du général commandant en chef des forces françaises en Allemagne, la mission militaire française de liaison (MMFL) compte une quarantaine de personnels dans les années 1980, répartis en une section « air » et une section « terre ». Elle dispose de 18 « propousks », (carte d’accréditation soviétique leur permettant de circuler en RDA), la mission britannique 31 et son homologue américaine 14. Chaque semaine, la MMFL effectue notamment deux à trois reconnaissances aériennes et deux à trois sorties « terre » de 36 heures minimum, dont 24 heures d’observation, en RDA. En outre, en alternance avec ses homologues américaine et britannique, elle effectue deux ou trois missions de reconnaissance et d’alerte de 24 heures dans un rayon de 60 km autour de Berlin. Certaines missions « air » se font au sol sur des objectifs spécifiques, à savoir bases aériennes, sites radars, défense sol-air ou terrains d’exercices missiles et de bombardement. Cela implique des déplacements de nuit, discrets, rapides et en semant les « suiveurs » de la Stasi. Cette nécessité s’impose pour rejoindre en sécurité des postes d’observation et y rester dans l’attente d’activités aériennes à proximité des bases, tout en écoutant les communications en russe ou en allemand entre la tour de contrôle et les aéronefs. Les missions « terre » portent sur les nouveaux matériels, l’identification, l’équipement et les déplacements des unités, la surveillance et l’évolution de centaines d’objectifs, les indices dans les gares et les décomptes de convois. L’équipage de base (un observateur et un chauffeur), emporte deux appareils photos avec divers objectifs, deux magnétophones, des piles de rechange, des jumelles, de l’argent et des bons d’essence est-allemands. Il embarque sur un véhicule tout terrain, en partie blindé, avec des équipements particuliers. Les renseignements recueillis par la MMFL, fusionnés avec les écoutes électroniques, sont exploités dans les centres d’analyses des armées de Terre et de l’Air. La Direction du renseignement militaire, organisme interarmées, est créée en 1992 après la dissolution de l’URSS.

Loïc Salmon

« Les sentinelles oubliées », Roland Pietrini. Éditions Pierre de Taillac, 280 pages, nombreuses illustrations, 16,90 €. 

Exposition « Guerres secrètes » aux Invalides

La DST sur le front de la guerre froide

Renseignement : recomposition des services au début de la guerre froide (1945-1955)




Le livre noir de la CIA

Agence mondiale de collecte et d’évaluation du renseignement, la CIA renforce aussi l’influence des États-Unis dans le monde par l’action clandestine. Les liens entre les grandes entreprises multinationales et le pouvoir politique américain ont contribué à la dévoyer au cours de divers épisodes de son histoire.

Les archives de la CIA, les rapports d’enquêtes parlementaires ou les témoignages d’anciens agents donnent un solide aperçu de son envergure et de sa relation avec les décideurs politiques, destinataires de sa production mais aussi fournisseurs de ses ressources. Les archives dévoilent le lien entre l’élaboration de la politique extérieure des États-Unis et les services de renseignement, dont les outils incluent la traîtrise, la tromperie, la corruption et l’assassinat. Elles montrent les graves erreurs de jugement de la CIA concernant notamment le pont aérien de Berlin, l’acquisition de l’arme nucléaire par l’Union soviétique, les guerres de Corée et du Viêt Nam, la crise des missiles de Cuba et le conflit israélo-arabe qui perdure. Ces événements et bien d’autres se sont déroulés au cours des mandats des présidents Truman et Eisenhower (1947-1962), Kennedy et Johnson (1960-1968), Nixon et Ford (1968-1976), Reagan et Bush père (1980-1992), Clinton et Bush fils (1992-2009), Obama (2009-2017) et Trump (2017-2021). Lors de l’inauguration du nouveau siège de la CIA à Langley, Kennedy conclut son discours aux personnels de l’agence par une phrase qui reste d’actualité : « Vos succès ne seront pas rendus publics. Vos échecs seront annoncés avec une sonnerie de trompette. » Après la guerre froide (1947-1991), la plus grande menace pour la sécurité des États-Unis est venue des attaques terroristes et du crime organisé, souvent étroitement liés. Les drogues de Colombie sont distribuées via les réseaux islamistes, qui revendent aussi les drogues synthétiques fabriquées dans les anciens laboratoires d’État de Pologne, de la République tchèque, de Lettonie, de Lituanie et d’Estonie. Les fautes de la CIA, en contradiction flagrante avec le modèle démocratique qu’elle est censée défendre, ont été mal acceptées par ses agents. Cela explique leurs révélations dans la presse, malgré les mesures strictes de cloisonnement. Au nom de la lutte contre le communisme, la CIA est intervenue dans le fonctionnement de la vie politique de nombreux pays en organisant des coups d’État contre des gouvernements démocratiquement élus, alors que bien peu de ces régimes étaient réellement communistes. Elle a déployé tous les moyens disponibles dans un but politique provisoire, sans en évaluer suffisamment les conséquences possibles, involontaires mais prévisibles, par rapport à leurs avantages immédiats. Aujourd’hui, la CIA a perdu le monopole des opérations clandestines à l’étranger. Selon un rapport publié en mai 2021, le ministère de la Défense dispose d’une « armée secrète » de plus de 60.000 agents, soit dix fois l’effectif clandestin de la CIA. Beaucoup agissent dans le monde entier sous une fausse identité avec une « légende » (passé vraisemblable fabriqué de toutes pièces). Certains accomplissent des tâches clandestines sous leur vrai nom, mais sans lien officiel avec l’État fédéral. Les bases de données des administrations publiques, comme les Services de la citoyenneté et de l’immigration ou l’Agence des douanes et de la protection des frontières, sont modifiées pour protéger ces fausses identités. Ces agents sont dotés d’équipements permettant d’échapper à la reconnaissance faciale et aux scanners d’empreintes digitales. Le programme de « réduction de la signature » des activités clandestines inclut la fourniture de « couvertures » contractuelles par des entreprises privées. Les agents peuvent ainsi travailler à l’étranger à titre civil sans lien officiel avec les ambassades ou les bases militaires américaines.

Loïc Salmon

« Le livre noir de la CIA », Yvonnick Denoël. nouveau monde éditions, 466 p, 10,90 €.

Etats-Unis : stratégie d’influence et politique étrangère

DGSE : le renseignement à l’étranger par des moyens clandestins

Renseignement : pouvoir et ambiguïté des « SR » des pays arabes




L’Antiquité en six batailles

Jusqu’à la chute de Rome en 476, les combats entre États se composent du choc et du mouvement, en combinant les capacités physiques de l’homme et du cheval. L’issue d’une bataille résulte surtout de l’organisation supérieure d’une armée et du génie militaire de son chef.

Introduit en Égypte au XVIIIème siècle avant J.-C., le char, qui emporte jusqu’à quatre combattants, constitue un redoutable engin de guerre pour le choc. A partir du VIIème siècle avant J.-C., les cités grecques remplacent la lourde cuirasse de bronze du soldat, héritée des héros de la guerre de Troie, par le linothorax, tunique faite de couches de lin superposées et renforcée d’écailles de bronze. Le gain en ergonomie et en manœuvrabilité leur permet de vaincre les armées perses, pourtant plus nombreuses, au cours des guerres médiques (- 490 puis – 480/479). En outre, leur efficacité repose sur la phalange, organisation tactique des fantassins armés de lances de 5,5 m de long et de petits boucliers ronds, une discipline rigoureuse et une forte cohésion sociale entre citoyens d’une même cité. Puis la légion romaine l’emporte sur la phalange, grâce une organisation plus souple, un armement permettant de se battre dans toutes les configurations et un bouclier offrant une protection individuelle complète. Par la suite, les légions, composées surtout de fantassins, ne parviennent plus à protéger les 10.000 km de frontière de l’Empire des incursions des cavaleries des peuples barbares. Par ailleurs, jusqu’au Vème siècle avant J.-C., la défense d’une ville dépend de la qualité de ses fortifications, de la durée du siège, du nombre et de la patience des assiégeants. Au siècle suivant, les moyens techniques, hérités des Assyriens (IIème millénaire – 609 avant J.-C.), réapparaissent chez les Grecs, qui en inventent de nouveaux : tour, catapulte, arbalète géante à grande cadence de tir, bélier protégé d’une structure et foreuse contre les murailles. Enfin, les Romains montent la catapulte sur des roues pour la rendre plus mobile. A Leuctres (- 371), l’armée thébaine, quoique inférieure en nombre à celle de Sparte considérée comme invincible, transforme une défaite annoncée en une brillante victoire. Son chef, Épaminondas, a créé la surprise par une attaque frontale au centre du long dispositif spartiate, dont elle ébranle la cohérence. A Gaugamèles (- 331), l’armée macédonienne (40.000 fantassins et 7.000 cavaliers) l’emporte sur les troupes perses (250.000 fantassins 20.000 cavaliers et 200 chars), grâce à l’audace tactique d’Alexandre qui compte sur l’effet de choc de ses phalanges et le manque de réactivité des troupes perses. Cette victoire permet la conquête de l’Empire perse. A Cannes (- 216), l’armée carthaginoise (50.000 hommes) fait face aux légions romaines (82.000 hommes). Par une manœuvre enveloppante de sa cavalerie, Hannibal parvient à disloquer les formations d’infanterie romaines. A Carrhes (- 53), l’armée romaine (34.000 fantassins et 4.000 cavaliers), épuisée par des marches forcées dans le désert sous une chaleur accablante, est massacrée par la cavalerie parthe (10.000 cavaliers), qui a choisi le lieu de la bataille. Le triumvir Crassus comptait égaler César et Pompée sur le plan militaire par une expédition facile. Mais il a sous-estimé son adversaire, très mobile, bien renseigné et supérieur par la portée de ses armes. A Teutoburg (9 après J.-C.), des tribus germaniques anéantissent trois légions romaines dans une embuscade en forêt. Leur chef, Hermann, avait auparavant servi dans l’armée romaine et en connaissait les faiblesses. Le Rhin marque ensuite la limite de l’Empire. A Massada (79), l’armée romaine construit des machines de siège et une rampe artificielle pour accéder à une forteresse juive, surplombant la mer Morte de 450 m. Après sept mois d’un siège éprouvant, elle donne l’assaut…pour ne trouver que des cadavres.

Loïc Salmon

« L’Antiquité en six batailles », Gilles Haberey & Hughes Pérot. Éditions Pierre de Taillac, 84 pages, nombreuses illustrations, 29,90 €. 

Le Moyen-Age en sept batailles

Conduite de la bataille, planification et initiative

Défaites militaires, ce qu’il faut éviter