Armée de Terre : la zone urbaine, théâtre d’affrontement dur

Le combat dans les villes, villages et leurs abords impose procédés décentralisés, subsidiarité et initiative au plus bas échelon. Sa préparation s’effectue au Centre d’entraînement aux actions urbaines-94ème Régiment d’infanterie (Cenzub-94e RI) de Sissonne (Aisne).

Son commandant, le colonel Bertrand Blanquefort, en a présenté les spécificités à la presse le 23 mai 2024 à Paris.

Un environnement égalisateur. Enjeu de conflits, la ville a donné son nom à plusieurs batailles, notamment celles de Stalingrad (URSS, 11 juillet 1942-2 février 1943), Grozny (Tchétchénie, 31 décembre 1994-8 février 1995), Sarajevo (6 avril 1992-14 décembre 1995), Mossoul (Irak, 16 octobre 2016-20 juillet 2017) et Marioupol (Ukraine, 24 février-20 mai 2022). Cœur politique, économique, industriel, culturel ou sanitaire d’une société, elle est devenue une caisse de résonance médiatique, une source de risques technologiques et aussi un milieu favorable à la désinformation. L’urbanisation, actuellement de 50 %, de la population mondiale, devrait passer à 70 % en 2050. Les zones urbaines se caractérisent par une grande diversité en termes de tailles et de quartiers, à savoir habitat précaire, espace pavillonnaire, zone industrielle ou centre historique aux rues étroites. Chaque quartier représente un environnement différent avec des conséquences sur la manœuvre et l’emploi des armes et des munitions. En raison des réseaux souterrains, des habitations en surface ou à plusieurs étages, la menace peut venir de partout et complique la situation tactique, faute de connaître avec précision la localisation des unités amies ou ennemies. Les destructions transforment les bâtiments en amas de béton et de ferrailles rendant difficile la circulation en véhicule ou à pied. La présence résiduelle de la population contraint à rester prêt à combattre. En conséquence, un adversaire léger et irrégulier peut résister à une force régulière pourtant mieux équipée. Selon les analyses du Cenzub-94e RI, une opération offensive nécessite huit soldats pour déloger un seul adversaire bien installé en défense en ville. Le milieu urbain use les équipements et devient très vite éprouvant physiquement et psychologiquement pour les soldats car les distances d’engagement au contact des foules sont très courtes.

L’expertise du Cenzub. Créé le 1er juillet 2004, le Centre d’entraînement aux actions urbaines vise à entraîner des unités de l’armée de Terre au combat interarmes dans cet environnement difficile, consistant à manœuvrer et à tirer pour les aguerrir, en vue de remporter la bataille en limitant les pertes. Entre 2008 et 2012, sont construits le site de Jeoffrécourt, représentant une ville de 5.000 habitants, et une zone spécifique de tir dans un espace urbain permettant l’entraînement à balles réelles. Le 1er juillet 2013, le Cenzub est affilié au 94ème Régiment d’artillerie. A partir de 2017, il développe le programme « Cerbère » pour simuler les effets des armes, animer le champ de bataille et analyser les actions au combat. Cerbère offre notamment une capacité de géolocalisation et de suivi en temps réel, y compris à l’intérieur d’un bâtiment. En 2021, il y ajoute un complexe d’entraînement souterrain sous la forme d’un réseau de 400 m de galeries enterrées sur deux niveaux. La même année, il crée la section exploratoire robotique à la suite des observations des conflits actuels, où sont employés l’artillerie, les drones, le minage et le brouillage. Cette section s’intègre au projet « Vulcain » de l’armée de Terre portant sur le développement de l’emploi des drones et des robots au combat. Elle réalise des expérimentations en coordination et sous le pilotage de la section tactique de l’armée de Terre au sein du Commandement du combat futur. Le Cenzub-94e RI compte 500 personnes, militaires et civiles, pour accueillir, chaque année et par rotation, environ 15.000 soldats de l’armée de Terre ainsi que ceux de nombreuses unités étrangères.

Loïc Salmon

Combat en zone urbaine : au cœur des engagements actuels

Armée de Terre : les blindés dans les combats futurs

Armée de Terre : le combat dans les conflits de haute intensité




Exposition « Duels, l’art du combat » aux Invalides

Forme de violence ritualisée, parfois chorégraphiée et légitimée, le duel a été plus ou moins autorisé partout dans le monde depuis l’Antiquité. Ses caractéristiques ont inspiré tableaux, estampes, romans et pièces de théâtre, avant de triompher au cinéma.

Combat singulier. Le duel se pratique pour régler un litige, laver son honneur ou marquer le passage à l’âge adulte. Les armes utilisées, qui varient selon les époques et cultures, incluent glaives, épées, sabres, couteaux, poignards, massues, faucilles, longs bâtons et pistolets. Lors des rencontres, les deux adversaires, qualifiés de « champions », représentent parfois leur cité et, à eux seuls, les deux armées qui s’affrontent. Les codes des combats singuliers antiques influencent les pratiques guerrières médiévales, notamment la « joute » qui oppose deux chevaliers dans un champ clos. En effet, les modalités du combat à pied dans les joutes, consistent, pour l’un des adversaires à défendre un passage symbolique à l’intérieur d’un espace fermé. Arrêter un ennemi en un endroit précis constitue un modèle en vigueur dès l’Antiquité. Ainsi, l’Illiade d’Homère, qui évoque le combat entre le Grec Achille et le Troyen Hector devant les remparts de Troie, et d’autres récits mythologiques alimentent la production littéraire du Moyen-Âge, qui inspire à son tour la création artistique des XVIème et XVIIème siècles en Europe. Ces emprunts et références dessinent peu à peu le modèle des héros chevaleresques. En outre, les combats célèbres finissent par incarner l’idéal de tout un peuple.

Duels mémorables. En France à l’époque médiévale, les tribunaux recourent parfois au duel judiciaire, héritier de l’ordalie franque par l’eau ou le feu, pour établir l’innocence ou la culpabilité d’un accusé. En 1386, Marguerite de Thibouville déclare à son mari, Jean IV de Carrouges, qu’elle a été violée par Jacques Le Gris dans la nuit du 13 février. En l’absence de preuves, son seul témoignage et les alibis de l’accusé aboutissent à une ordonnance royale, qui s’en remet au jugement de Dieu pour régler l’affaire par un combat à mort Place Sainte-Catherine à Paris le 29 décembre. L’affrontement débute à cheval, puis les deux adversaires, qui ont tué leur monture, continuent le combat à pied. Quoique blessé à la cuisse, Carrouges parvient à renverser Le Gris et le tue au sol d’un coup de dague dans la mâchoire. Or, plus tard, des chroniqueurs affirment qu’un criminel aurait avoué le viol par la suite. Un innocent a donc été condamné en raison d’un témoignage erroné. Le doute sur ce mode d’expression de la justice divine conduit à l’abandon, en France, du duel judiciaire. En 1547 en France, un duel oppose Guy Chabot, baron de Jarnac, à François de Vivonne, seigneur de La Châtaigneraie, à Saint-Germain-en-Laye le 10 juillet, en présence du roi Henri II. Deux ans plus tôt, La Châtaigneraie, favori de Henri alors dauphin, lui révèle que Jarnac entretient des relations incestueuses avec sa belle-mère. Le démenti public de Jarnac fait alors passer La Châtaigneraie pour un menteur. Pour sauver sa réputation, ce dernier demande un duel judicaire au roi François Ier, qui le refuse mais que son fils Henri, devenu roi, lui accorde. Peu expérimenté, Jarnac va, au préalable, s’entraîner auprès du maître d’armes italien Caize, qui lui enseigne la « botte au jarret », coup rare et surprenant mais parfaitement régulier. Cette botte, entrée dans l’Histoire sous le nom de « coup de Jarnac », permet à ce dernier de remporter la victoire. En 1612 au Japon, un duel oppose deux grandes figures du « kendô » (art martial du sabre) le 12 avril sur une petite île du détroit de Kanmon. Pour prouver sa valeur et mettre sa technique à l’épreuve, le jeune Musashi Miyamoto parvient à convaincre Tadaoki Hosokawa, seigneur de Kokura, de l’autoriser à croiser le fer avec Kojirô Sasaki, son maître d’armes. Miyamoto arrive volontairement en retard et nargue Sasaki impatient. Ce dernier, furieux, manque sa première attaque. De son côté, Miyamoto frappe au front Sasaki, qui s’effondre. Celui-ci tente un nouvel assaut mais Miyamoto lui fracasse les côtes. A la fin du XVIIème siècle en France, deux duellistes s’affrontent dans un champ après une querelle dans une auberge. Il s’agit de Joseph d’Albert de Luynes, capitaine au Régiment Royal-Étranger, et de Julie d’Aubigny, dite « la Maupin » mais habillée en homme et qui gagne sa vie en organisant des spectacles d’escrime itinérants. Après avoir blessé Luynes, surpris d’avoir été vaincu par une femme, la Maupin le soigne jusqu’à son rétablissement. Tous deux tombent amoureux l’un de l’autre et entretiennent une liaison épisodique pendant des années. Luynes poursuit sa carrière militaire, jusqu’à ce qu’un nouveau duel le contraigne à l’exil. La Maupin devient chanteuse à l’Académie royale de musique de Paris et continue à remporter des combats singuliers. En 1834, le poète et critique d’art, Théophile Gautier, s’en inspire pour son premier roman intitulé « Mademoiselle de Maupin », qui sera porté à l’écran en 1966. En 1787, en Angleterre, deux chevaliers s’affrontent, le 9 avril à Londres, pour un « duel blanc » en présence du prince de Galles, futur George IV. Il s’agit de Joseph Bologne de Saint-George, fils d’un colon français noble et d’une esclave guadeloupéenne, et Charles d’Éon de Beaumont, souvent travesti en femme. Ce type de spectacle, très prisé à l’époque, surtout entre deux personnages connus, apparaît plutôt comme une démonstration d’escrime qu’un combat. Quoique de 17 ans plus âgé(e), D’Éon, espion français puis bretteuse professionnelle, l’emport sur Saint-Georges, célèbre compositeur et escrimeur.

Interdiction et tolérance. La perception du duel par les autorités politiques a varié au cours des siècles. Ainsi Manlius Torquatus, consul de Rome entre 347 et 340 avant J.-C., fait condamner à mort son fils qui, à l’encontre des lois militaires, va affronter un ennemi en combat singulier. Dès le Moyen-Âge en France, le pouvoir royal tente de circonscrire ces combats aux seuls duels judiciaires (voir plus haut). A la Renaissance, devant la récurrence des duels, les édits se durcissent mais sans qu’ils soient réellement appliqués. Au début du XVIIème siècle en France, malgré une législation renforcée, les duels sont rarement punis. La justice ne sévit que lorsqu’un duelliste récidive trop souvent. Ainsi François de Montmorency-Bouteville, bretteur invétéré, engage, en juillet 1627 à Paris, un duel qui entraîne sa condamnation à mort. Pourtant, le succès du duel au sein de la noblesse ne faiblit pas, car la défense de l’honneur prime sur le respect de la loi. Les épées, plus fines et plus légères que celles utilisées pour la guerre, se portent à la ceinture et nécessitent de bien viser plutôt que de frapper fort. L’abolition de tous les textes d’interdiction par la Révolution entraîne une multiplication des duels. Dans le monde militaire, le duel reste intrinsèquement lié à la guerre et aux deux grandes figures de héros, à savoir le chevalier et le mousquetaire. Tous deux incarnent le devoir moral qui incite les hommes à affirmer leur point de vue « à la pointe de l’épée ». L’honneur a toujours été le moteur de la vaillance, sentiment capable d’aider les soldats à affronter la mort. Toutefois, cet honneur les pousse à chercher querelle à leurs camarades avec, souvent, l’assentiment de leur hiérarchie. Alors que les duels sont considérés comme éradiqués du royaume de France, l’armée les tolère en son sein. Ils témoignent de l’idéal chevaleresque qui anime encore les officiers à la fin du XVIIème siècle et deviennent même une coutume d’intégration des recrues. Au XIXème siècle, malgré son importance dérisoire sur le champ de bataille, l’épée conserve son aura et l’enseignement de son maniement perdure entre les deux guerres mondiales.

Loïc Salmon

L’exposition « Duels, l’art du combat » (24 avril–18 août 2024), organisée par le musée de l’Armée, se tient aux Invalides à Paris. Elle présente des gravures, tableaux, affiches livres, armes, armures et objets. Des visites guidées, projections de films et concerts sont prévus. Renseignements : www.musee-armee.fr.

Duels, l’art du combat

D’Artagnan et les mousquetaires du roi à Vincennes

Exposition « Mousquetaires » au musée de l’Armée

 




Duels, l’art du combat

La femme a occupé une place importante dans le combat d’homme à homme, qui se transformera en un sport spectaculaire au cours de l’Histoire jusqu’à aujourd’hui.

En effet, la femme constitue souvent l’élément déclencheur des duels masculins, qui trouvent ainsi une légitimité. Dès l’Antiquité, le duel se justifie par une rivalité amoureuse. Ainsi, dans l’Illiade, l’enlèvement d’Hélène, épouse du roi de Sparte Ménélas, par la prince troyen Pâris provoque la guerre de Troie. Par la suite, l’amour contrarié se révèle un prétexte récurrent. Au Moyen-Âge en France, l’interdiction pour une femme offensée de se battre elle-même l’oblige à choisir un « champion », qui combattra à sa place. Entre 1560 et 1679, dans vingt cas répertoriés, le duel consiste, pour celui qui le demande, à défendre, venger ou exalter l’honneur de sa fille, pupille ou maîtresse. Les modalités du combat singulier règlementent progressivement les statuts d’offenseurs et d’offensés. Au XXème siècle, selon l’ouvrage « Le Point d’honneur du duel », le « frôleur », qui se serait livré à un attouchement sur une femme et qui aurait été giflé par l’homme qui l’accompagne, reste l’offenseur. Par ailleurs, le duel ne vise pas à conquérir l’amour d’une femme, mais à se venger de celui qui l’a obtenu. Parfois, il permet d’assurer la survie économique de la famille par un mariage avantageux, face à un prétendant sans fortune, et ainsi maintenir l’ordre social établi. Toutefois, en France au XVIIème siècle, le duel peut entraîner la perte de la fortune et du statut social des combattants, dont les femmes sont les premières victimes. Sur le plan judiciaire, il peut entraîner l’exil et la confiscation des biens du vainqueur, laissant son épouse sans ressources pour subvenir aux besoins des enfants. Devant la fréquence des duels, l’édit royal de 1651 ordonne de lui adjuger ce qu’il faut pour les entretenir toute leur vie. Au XIXème siècle, la pratique de l’escrime féminine se répand dans les pays germanophones et anglo-saxons, car elle est vue comme un sport noble permettant de développer les compétences physiques et morales des femmes au même titre que celles des hommes. L’intérêt du public pour le spectacle d’escrime féminine conduit à inclure cette discipline dans l’enseignement de l’art dramatique. Les aspects sportif et spectaculaire du duel apparaissent dès l’Antiquité. En Égypte, le pharaon Ramsès III (1180 avant J.-C.) fait graver dans la pierre des combats avec des bâtons ferrés sous le contrôle d’un arbitre. A Rome, les combats de gladiateurs durent de 264 avant J.-C. à 410 après J.-C. avec des variantes, à savoir duels mixtes, à deux ou par équipes, à armes différentes ou avec handicap, sur terre ou sur l’eau. Jusqu’au XVIème siècle, les tournois sont utilisés pour le spectacle, le loisir l’entraînement à la guerre ou la pratique honorifique et lucrative. En outre, ils permettent au jouteur de parader et de prouver sa vaillance au combat. Quoique les armes soient émoussées ou épointées, la violence des affrontements fait de nombreux blessés. Malgré le port de cuirasses, tous les coups ne sont pas permis et certains sont fortement sanctionnés. Dans les salles d’armes, l’escrime atteint son sommet au XVIème siècle avec l’invention du « fleuret », qui permet d’apprendre et de s’entraîner sans trop de risque. Le masque protecteur du visage n’apparaît qu’au XVIIIème siècle. Mais il n’est vraiment accepté que lorsque le chevalier de Saint-George, escrimeur réputé, en lance la mode. Dès lors, le fleuret connaît des progrès extraordinaires, car plus rien n’entrave la dextérité, la vitesse et la précision. Sport artistique, l’escrime devient discipline olympique dès la résurrection des Jeux olympiques en 1896. Le duel à poings nus, pratiqué dans le monde méditerranéen dès 2000 avant J.-C. jusqu’à la chute de l’Empire romain en 476, réapparaît en Europe à la fin du XVIème siècle sous le nom de…« boxe anglaise » !

Loïc Salmon

« Duels, l’art du combat », ouvrage collectif. Éditions In Fine et Musée de l’Armée, 336 pages, 275 illustrations, 35 €

Exposition « Duels, l’art du combat » aux Invalides

Mousquetaires !




Marine nationale : l’application de l’IA à l’acoustique sous-marine

L’acoustique sous-marine bénéficie de l’assistance de l’intelligence artificielle (IA), dont l’analyse des modèles permet d’en connaître les limites et d’en évaluer le niveau de confiance à leur accorder.

Le capitaine de frégate Vincent Magnan, commandant le Centre d’interprétation et de reconnaissance acoustique (CIRA), l’a expliqué à la presse, le 16 mai 2024 à Paris.

Besoins opérationnels. Pendant une opération aéromaritime, la détection des bruits émis par un sous-marin ou une frégate permet de déduire des éléments tactiques. Par exemple, le bruit du mode de propulsion renseigne sur la vitesse du navire et donne une idée des manœuvres possibles. La détection s’effectue en toute discrétion sans élever le niveau de crise, puisque l’adversaire ne s’en aperçoit pas. Les frégates et les aéronefs embarquent de plus en plus de capteurs passifs qui, dans un avenir proche, équiperont aussi les drones et les planeurs sous-marins. Ces capteurs vont augmenter en nombre et améliorer leurs performances, c’est-à dire les portées de détection et les gains en traitements de données. Ce flux massif de données est envoyé au CIRA. Pour les analyser et surtout isoler parmi elles les informations utiles et décisives pour la conduite des opérations au combat, il faut recourir aux innovations technologiques, dont l’IA. A titre indicatif, dans les années 1990-2000, le ciblage d’une menace particulière nécessitait des enregistrements acoustiques de cinq minutes. Aujourd’hui, la masse de données captées s’étend sur une quarantaine de jours, impliquant beaucoup de capacités humaines pour les traiter. A terme, le recours à l’IA vise à isoler, pendant une longue période, les signaux acoustiques d’intérêt tactique sur lesquels l’homme pourra conduire une analyse avec une forte valeur ajoutée. La technologie permet d’écarter ou de filtrer la partie presqu’inutile du signal pour que l’homme exploite la partie utile à la mer. Les futurs sonars, qui équiperont les sous-marins, notamment les sous-marins nucléaires lanceurs d’engins, auront des capacités encore plus étendues.

Gestion des données. Le projet d’emploi de l’IA dans l’acoustique sous-marine remonte à 2021, quand le capitaine de frégate Magnan rencontre des dirigeants de la société privée Preligens, spécialisée dans l’application de l’IA à l’imagerie satellitaire et qui compte la Direction du renseignement militaire parmi ses clients. En 2022, plusieurs ateliers interactifs ont été conduits avec le Centre d’études et des programmes navals et le Centre de service de la donnée marine, en vue de l’élaboration d’un cadre contractuel. Il s’agissait d’associer la compétence métier de l’analyse acoustique, à savoir les techniciens dits « Oreilles d’or » à bord des sous-marins et frégates, à la capacité technique de la gestion de la donnée par l’IA. En 2023, Preligens a livré au CIRA un démonstrateur qui a obtenu des résultats encourageants sur l’extraction de signaux acoustiques, présentant un intérêt avec un premier type de classification, et sur de grandes plages de temps. Par exemple, l’algorithme distingue un navire de commerce d’un petit bateau de plaisance, son appareil propulsif et même le nombre de pales de l’hélice. En cas de passage d’un navire présentant un intérêt tactique, il s’agit de fiabiliser l’alerte par une fusion des renseignements d’origines satellitaire, visuelle, humaine et électromagnétique en augmentant la puissance de calcul du CIRA et en mer. En outre, le CIRA compte accroître sa capacité de stockage, passée d’un téraoctet en 2020 à dix téraoctets en 2024, pour dépasser cent téraoctets en 2030. En 2024, l’Agence ministérielle pour l’intelligence artificielle de défense (AMIAD) doit livrer un démonstrateur et le CIRA mettre en œuvre une « Task Force-annotation », destinée à améliorer le fonctionnement de tous les algorithmes. Enfin, en 2025, l’AMIAD doit fournir des renseignements en temps réel et passer à l’industrialisation des matériels, en vue d’un usage opérationnel.

Loïc Salmon

Armement : l’IA dans l’emploi des drones aériens et sous-marins

Marine nationale : la Patrouille maritime, en alerte permanente

Le sous-marin, composante fondamentale de l’action navale




Armée de l’Air et de l’Espace : encourager l’innovation pour vaincre et convaincre

Dans le domaine aérien, l’innovation donne un temps d’avance sur l’adversaire, pour conserver la supériorité opérationnelle dans un contexte international marqué par une instabilité et des tensions croissantes avec des ruptures technologiques exigeant rapidité d’adaptation et agilité.

L’innovation a fait l’objet d’un colloque organisé, le 18 janvier 2024 à Paris, par le Centre d’études stratégiques aérospatiales. Y sont notamment intervenus : le général de brigade aérienne Arnaud Gary, directeur du Centre d’expertise aérienne militaire ; le général de brigade aérienne Jean-Patrice Le Saint, chef d’état-major du commandement des Forces aériennes stratégiques ; le général de brigade aérienne Jean-Luc Daroux, commandant la Brigade des forces spéciales Air ; l’astronaute Claudie Haigneré, ancienne ministre déléguée à la Recherche et aux Nouvelles Technologies.

Un état d’esprit. Pour faciliter l’innovation et consolider la position de la France, estime le général Gary, il convient de briser les barrières pour encourager les échanges, détecter les opportunités du monde extérieur aux armées et en favoriser l’adoption rapide. L’innovation, qui stimule la créativité, consiste en la capacité à résoudre des problèmes concrets, améliorer les procédures existantes et envisager de nouvelles approches et utilisations. Via une plateforme, le Centre d’expertise aérienne militaire s’est doté d’un système de remontée des projets innovants, qui lui permet de connaître les idées du terrain, de les répartir dans des axes prioritaires d’innovation ouverte, puis d’en financer les plus utiles. Ainsi, deux dispositifs financiers ont été mis en place pour soutenir l’industrialisation des projets. Les « labels », espaces d’innovation, visent à structurer les idées pour donner vie aux concepts. Il s’agit, d’intégrer l’innovation, dont le domaine numérique, sous ses formes organisationnelle, opérationnelle, stratégique, institutionnelle, sociétale et même environnementale. Les changements et la transformation imposés par les nouvelles technologies du numérique, dont l’intelligence artificielle et le « cloud » (centre de données connecté à internet), amplifient considérablement les opportunités de progrès à tous les niveaux. En 2016, rappelle le général Gary, le ministère américain de la Défense a constaté un retard des forces armées par rapport aux grandes entreprises du numérique. Outre l’encouragement à l’innovation de terrain et la recherche de la primauté des forces armées dans ce domaine, il recommande de lutter contre l’immobilisme de son organisation qui résiste au changement. Le ministère a donc créé le « Defence Innovation Board » constitué d’une douzaine de dirigeants des GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft) et de scientifiques de haut niveau, qui observent, donnent des recommandations et accompagnent les forces armées dans la durée pour modifier les structures et les règlements, identifier les nouveaux métiers et disposer de financements. L’innovation, souligne le général Gary, ne doit pas rester l’apanage de quelques dirigeants visionnaires et du personnel créatif sur le terrain, car l’ampleur des changements en cours et les conséquences des nouvelles technologies, remettant en question les processus et structures, nécessitent d’élever le niveau de connaissance de tous les acteurs. Il s’agit donc de former des personnels à la prise de risques et au traitement de la donnée par l’intelligence artificielle.

Les Forces aériennes stratégiques. Selon le général Le Saint, la dissuasion nucléaire aéroportée présente une double singularité par sa finalité de la défense de l’Europe et son cadre flou, car elle est entourée de mystère. Entre le test réussi de la bombe atomique française en 1960 et la mise à l’eau du sous-marin nucléaire lanceur d’engins Le-Foudroyant en 1974, de nombreuses innovations scientifiques, techniques, industrielles et opérationnelles ont été déployées. La dissuasion nucléaire, rappelle le général, consiste d’abord en une dialectique politique, technique et opérationnelle, afin de garantir une montée en puissance dans la cuirasse adverse et produire l’effet militaire souhaité sur l’objectif désigné. Cela repose sur un système militarisé : le missile à tête nucléaire qui allonge la portée du chasseur bombardier qui le transporte ; des infrastructures et des moyens de transmission spécifiques. L’innovation présente trois caractéristiques. La première porte sur la rupture dans la conception d’un nouveau système nucléaire à l’horizon d’une vingtaine d’années, comme le montre l’évolution entre l’avion Mirage IV, le missile de croisière, le réacteur du missile ASMP, le Mirage 2000N rénové en Rafale et le futur système de 5ème génération prévu en 2035. La deuxième caractéristique, dite innovation « systémique » (ensemble complexe d’interactions), concerne un système livré au meilleur état de l’art et de la performance et qui sera modernisé au cours de sa vie opérationnelle par les industriels et les armées dans une organisation très structurée. La troisième caractéristique porte sur le financement, la tenue des délais et les spécifications de performances. Il s’agit d’enjeux de crédibilité et de sûreté. Des réflexions sont en cours sur la 5ème génération, les futurs standards du Rafale, l’évolution du concept de mise en œuvre et la maintenance.

Les forces spéciales. Selon le général Daroux, l’état d’esprit des forces spéciales (FS) trouve son origine dans l’application sur le terrain des opportunités de laboratoire. Il consiste à penser et agir autrement. Les FS doivent trouver des solutions alternatives pour sortir des « angles morts ». La compétition leur impose d’innover pour survivre, là où les forces conventionnelles ne vont pas. Pour réussir leur évolution, elles doivent impérativement être en avance sur le mode opératoire et le plan technologique. Selon le principe de subsidiarité, la capacité à innover au quotidien est déléguée jusqu’au niveau le plus bas, à savoir le jeune caporal-chef commando. S’y ajoute la transversalité en interarmées entre aviateurs, marins, terriens et personnels du Service de santé des armées. Les solutions innovantes permettent de répondre en temps réel aux demandes du chef d’État-major des armées. Depuis leur création après la guerre du Golfe (1991), les FS ont capitalisé sur un vivier, en interne et dans les armées, d’opérateurs sélectionnés et en compétition qui favorise l’émulation et l’innovation. Ainsi, le Service de santé des armées a constitué une banque de données, qui se transmet de génération en génération. L’exposition aux risques, caractéristique majeure des opérations spéciales notamment pour la libération d’otages, implique un entraînement collectif où tous se connaissent. Le partage d’expériences garantit la réussite de la mission en petites unités et dans des temps très contraints. L’identité des opérateurs et leurs méthodes doivent rester secrètes.

Le spatial civil. L’astronaute Claudie Haigneré définit l’innovation comme un mélange de curiosité à découvrir l’inconnu avec une ouverture d’esprit au changement et un appétit d’apprendre en continu dans un monde en évolution constante et rapide. L’innovation implique une écoute ouverte et critique des concepts alternatifs ou de perceptions culturelles ouvertes. Sur un plan collectif comme l’aventure spatiale, l’innovation consiste à se fixer ensemble l’objectif de réussir la mission ou de résoudre un problème en s’appuyant sur cette intelligence collective et diversifiée. Dans le milieu spatial, l’innovation devient foisonnante, car immense. Les pouvoirs publics en ont encouragé les multiples interactions créatrices. Il convient d’identifier davantage les nouveaux partenaires du spatial privé. En outre, la réduction des coûts a favorisé la miniaturisation des plateformes et la réutilisation des vecteurs. Sur un plan plus général, la créativité peut aussi permettre de sortir des incertitudes. Enfin, conclut Claudie Haigneré, le progrès n’est que l’accomplissement des utopies.

Loïc Salmon

Défense : l’innovation numérique à tous les niveaux

Marines : innovations et ruptures capacitaires

Forces spéciales : l’innovation pour une plus grande efficacité




Missile : l’ICBM Hwasongpho-18 (HS-18) de la Corée du Nord

Grâce à trois essais réussis, le missile balistique intercontinental HS-18 (portée théorique 15.000 km) résulte d’une rupture technologique majeure et deviendra l’élément central de la dissuasion nucléaire de la Corée du Nord.

Cela ressort d’une analyse publiée, le 2 février 2024 à Levallois-Perret (banlieue parisienne), par la Fondation pour la recherche stratégique (FRS). Elle a été réalisée par Stéphane Delory, maître de recherche à la FRS où il dirige l’Observatoire de la défense antimissile, et Christian Maire, chercheur à la FRS après un passage dans l’industrie aérospatiale, notamment chez ArianeGroup.

Caractéristiques. Au cours du premier essai du 13 avril 2023, le HS-18 aurait atteint un apogée (point le plus éloigné de la Terre) inférieur à 3.000 km et volé 58 minutes. Les deux premiers étages sont tombés en mer, l’un à 10 km de la péninsule de Hodo et l’autre à 335 km de la côte du comté d’Orang. Ont été ainsi confirmées les performances du missile à propulsion solide (propergol), la technologie de séparation d’étages et la fiabilité de divers systèmes de pilotage. Lors du tir du 12 juillet, le missile a atteint une apogée de 6.648,4 km et parcouru la distance de 1001,2 km en 74 minutes et 51 secondes. Ce deuxième essai a confirmé la crédibilité technique et la fiabilité opérationnelle du système. Lors du tir du 18 décembre, le HS-18 a attient une apogée de 6.518,2 km et parcouru 1002,3 km en 73 minutes et 35 secondes. Ce troisième essai a permis d’estimer les capacités des opérateurs militaires et leur réactivité en termes de mise en œuvre ainsi que la fiabilité du système d’arme. Les ingénieurs nord-coréens maîtrisent la technologie des ICBM modernes, à savoir le développement de trois étages propulsifs à poudre d’un missile de 23,5 m de long et de 1,9 m diamètre, la séparation d’étages et la réalisation d’une trajectoire en deux phases. En général, la Corée du Nord teste ses missiles de très longue portée selon des trajectoires plongeantes pour éviter une récupération étrangère des débris à des fins d’analyses. En outre, un apogée élevé permet de reproduire une portée longue. Le HS-18 a donc été lancé sur une trajectoire à énergie minimale assurant la portée la plus longue. Après l’allumage du deuxième et/ou du troisième étage, il a suivi une trajectoire plongeante.

Conséquences. Le troisième essai, qualifié officiellement de « tir d’exercice », implique qu’il a été réalisé par une unité opérationnelle, en vue d’une prochaine mise en service. La Coré du Nord produit du propergol de qualité, grâce à des transferts industriels directs de la Russie et de la Chine, et en quantité suffisante (150 tonnes ou plus) pour effectuer trois essais. Les tirs de HS-18 par des véhicules lance-missiles, à partir de pistes non bétonnées, seront plus difficiles à détecter ainsi que la durée de la procédure de lancement, quand les missiles émergent de tunnels des pas de tirs potentiels, camouflés dans des zones de stationnement durcies. En mai 2023 lors d’une audition par le Congrès américain, le commandant du NORAD (Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord) a exprimé ses doutes sur la capacité de l’architecture actuelle de défense anti-missiles à prendre en compte les évolutions des systèmes de frappe nord-coréens. L’administration américaine avait signalé les tentatives de Pyongyang d’acquérir des gyroscopes à fibre optique, laser ou MEMS, dès 2020, et d’accéléromètres QA-2000, en 2021, les plus utilisés sur les centrales inertielles. Depuis, les États-Unis déploient, sur plusieurs années, une architecture spatiale très dense de détection et de trajectographie des menaces balistiques et hypersoniques. Par ailleurs, la Corée du Nord maîtrise le stockage de missiles balistiques, indispensable pour en protéger le propergol et l’électronique vis-à-vis des variations climatiques et en raccourcir le délai de préparation au tir. La technologie HS-18 sera appliquée à la Force océanique stratégique en cours de développement.

Loïc Salmon

Missiles : amélioration de la technologie de la Corée du Nord

Missiles balistiques : limitation, mais prolifération quand même

Défense antimissiles : surtout protection des forces, moins celle des populations




Cyber : enjeux de la technologie de la base de données « blockchain »

Pour l’emporter dans un environnement hautement contesté, les forces armées doivent pouvoir défendre leurs systèmes d’information et leurs données contre la malveillance et la manipulation. La « blockchain », utilisable dans le spatial civil, en constitue l’un des moyens.

Nathalie Devillier, chercheuse associée, l’explique dans une note publiée, le 4 mars 2024 à Levallois-Perret (banlieue parisienne), par la Fondation pour la recherche stratégique.

La « blockchain ». La technologie « blockchain » (chaîne de blocs), base de données distribuée et décentralisée, permet de stocker et transmettre des informations codées sans organe central de contrôle. Elle compte un très grand nombre d’ordinateurs dans le monde. Les algorithmes de consensus rendent difficile la manipulation du système sans l’autorisation de la majorité du réseau. Comme toutes les transactions sont liées entre elles de façon cryptée, toute modification d’une transaction se répercuterait sur la chaîne entière et serait donc immédiatement détectée. La blockchain correspond au « Web 3.0 », troisième génération d’internet. La première, « Web 1.0 », a permis la consultation de l’information. La deuxième, « Web 2.0 », y a jouté la création et le partage de l’information. La « Web 3.0 » donne la possession de l’information en s’émancipant des GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft). Elle donne accès à la cryptomonnaie « Bitcoin » et au protocole d’échanges informatiques « Ethereum » permettant de vérifier ou de mettre en application un contrat mutuel dit « intelligent ». Elle facilite la création d’objets NFT (acronyme anglais pour non fongible), c’est-à-dire non interchangeables car uniques, comme un jeton spécifique ou une œuvre d’art. En outre, la blockchain s’étend à l’identité, à la santé, aux sciences, aux monnaies réelles, aux actifs numériques et à la preuve numérique. Or sa démocratisation a fait naître des scénarios de menaces cyber, encore inconnues, si elle se combine avec les autres technologies émergentes et de rupture. Parmi ces dernières, figurent : les systèmes généraux d’intelligence artificielle (IA) ; les systèmes autonomes ; les systèmes hypersoniques ; l’IA générative ; la 5 G (réseau de téléphonie mobile à gros débits évitant le risque de saturation lié à l’augmentation des usages numériques) ; la 6 G (technologie en cours de développement et supérieure à la 5 G) ; les technologies quantiques relatives aux atomes et aux particules élémentaires ; le renforcement humain et biotechnologique.

La cybersécurité. Parmi les principales menaces, l’Agence de l’Union européenne pour la cybersécurité mentionne la perturbation de la chaîne d’approvisionnements, les campagnes de désinformation, les attaques contre les appareils connectés à internet et l’utilisation de l’IA. En effet, celle-ci peut servir à collecter des informations biométriques et d’autres données sensibles et à créer de la désinformation, des contenus erronés et des courriels automatiques d’hameçonnage. Sur le plan militaire, les technologies numériques modifient les armes et les tactiques. Ainsi, des essaims ou flottes de milliers de drones aériens, terrestres et maritimes pourraient se cordonner de manière autonome, en vue de se déployer sur un territoire entier. La cybersécurité de la blockchain est montée en puissance (voir encadré). Pour les communications militaires, elle doit garantir l’intégrité et la confidentialité des messages, empêcher leur interception ou leur modification non autorisée et renforcer la sécurité des données de renseignement et d’autres informations sensibles. Pour des documents comme les ordres de mission, elle doit en garantir l’authentification. Pour les systèmes de commandement militaire, elle doit garantir la sécurité et la résilience des réseaux et des données. La blockchain se décline aussi pour la gestion et la logistique. Elle garantit la traçabilité, la transparence et la sécurité des produits et pièces de rechange tout au long de leur cycle de vie, grâce à la visibilité de l’identité de l’acheteur et de l’historique des transactions, afin de réduire les risques de contrefaçon et de fraude. Seules les personnes autorisées ont accès aux ressources sensibles. Les véhicules, armes et équipements sont convertis en actifs non sensibles (« tokens » dans une blockchain) pour faciliter leur utilisation et leur maintenance. Les contrats « intelligents », basés sur la blockchain, automatisent le paiement d’une clause pénale, afin de réduire les risques de non-respect des accords et donc de litiges et de coûts administratifs qui en découlent. Inviolable, la blockchain stocke de données sécurisées de façon cryptée et qui ne peuvent être modifiées une fois enregistrées. Sa décentralisation permet à la blockchain de résister aux pannes et aux attaques par « déni de service ». Google en a été victime le 1 er juin 2022. Ses infrastructures et services ont été perturbés quand l’attaquant a utilisé plusieurs adresses pour générer plus de 46 millions de requêtes par seconde, soit 76 % de plus que le record précédemment signalé. Toutefois, l’émergence de l’informatique quantique remet en cause les caractéristiques de la blockchain, souligne Nathalie Devillier. La sécurité des algorithmes de la blockchain repose sur la difficulté à résoudre certains problèmes mathématiques Or, les ordinateurs quantiques pourraient les résoudre beaucoup plus rapidement que les ordinateurs ordinaires. En conséquence, les signatures numériques, actuellement considérées comme sécurisées, pourraient être falsifiées par des cyberattaques quantiques, mettant en péril les éléments intégrés dans la blockchain.

Le spatial. La « tokenisation » permet aux entreprises privées de protéger leurs données sensibles en les transformant en données non sensibles ou « tokens ». Ce processus, utilisable dans une blockchain, peut s’appliquer au domaine spatial et concerner les satellites, orbites, appareils, débris spatiaux , astéroïdes ou autres objets. Les satellites peuvent stocker des données ou en valider d’autres. Les réseaux satellitaires peuvent ainsi devenir des infrastructures de stockage de données pour effectuer des transactions sécurisées. En 2017, la société canadienne Blockstream a lancé un satellite utilisant la blockchain pour distribuer le Bitcoin dans le monde entier. En 2018, la startup singapourienne Space Chain a conçu une blockchain basée sur un satellite. En 2023, elle a rejoint le programme de Google pour développer des applications de traitement sécurisé de données à bord de satellites en orbite basse et pour les futurs lancements de satellites emportant des charges utiles. De son côté, en 2018, la société américaine de blockchain ConsenSys a racheté la société minière Planetary Resources, également américaine, en vue de l’extraction future des terres rares présentes dans les astéroïdes.

Le cadre juridique. La blockchain s’infiltre dans toutes les activités, grâce à un cadre juridique favorable dans quelques pays : Salvador, Singapour, Slovénie, Suisse, Allemagne, Estonie, Pays-Bas, Malte, Portugal et Canada. Les États-Unis reconnaissent les financements par cryptomonnaies. En Chine, Hong Kong est devenue une plateforme d’échanges pour les actifs numériques. L’Union européenne construit une infrastructure de blockchain pour renforcer l’efficacité des services publics transfrontaliers d’ici à 2030.

Loïc Salmon

Plusieurs grandes entreprises se sont spécialisées dans la cybersécurité. Les États-Unis en comptent 4 : Boeing, IBM, Galaxy Digital et Microsoft Azure Blockchain. La Chine en dispose déjà de 7 : 360 Total Security, Alibaba, China Aerospace Corporation, China Electronics Corporation, China Information Technology Security Evaluation Center, Tencent et Zhongan Technology. L’Union européenne en compte 7 : Airbus, Distributed Ledger Technology Malta, Guardtime, Leonardo, NXTsoft, Thales Group et Vottun. La Russie en dispose de 4 : Bitfury Group, Kaspersky Lab, National University of Science and Technology « Misis » et RusBITex.

Soldat de la cyberguerre

Technologie : guerre électronique, cyber et renseignement

Cyber : prise de conscience du risque et perspectives (2030)




Soldat de la cyberguerre

Arme de l’anti-terrorisme, le cyber dispose d’instruments pour maîtriser l’escalade d’une crise avec la possibilité d’agir, sans recourir à la force armée, et d’exercer de l’influence. Il emploie environ 3.500 personnes, civiles et militaires, en France.

La loi de programmation militaire 2024-20230 accorde un budget de 4 Mds€ au cyber, désigné comme la sixième fonction stratégique après les connaissance et anticipation, prévention, dissuasion, protection et intervention. Les agresseurs du cyber cherchent à déstabiliser les nations démocratiques par la propagande terroriste, le complotisme, l’ingérence dans les élections, les prises d’otages et les sabotages informatiques. Motivés par des considérations mafieuses, idéologiques ou de volonté de puissance, ils utilisent des outils technologiques perfectionnés pour nuire au sein du monde numérique interconnecté. Sur le plan militaire, la guerre devient de plus en plus globale, sans déclaration formelle au sens du droit des conflit armés. Les actions qui se déroulent dans la sphère militaire peuvent avoir des répercussions dans le monde civil et vice versa. Les cyberattaques sont souvent attribuées à la Russie, la Chine, la Corée du Nord ou leurs supplétifs, mais aussi aux mouvements hacktivistes, à des organisations criminelles et à des groupes iraniens, pakistanais et indiens émergents. Le cyber a été pris en compte très tôt par le groupe des « Five Eyes », à savoir les États-Unis, la Grande-Bretagne, l’Australie, le Canada et la Nouvelle-Zélande, qui coopèrent en matière de renseignement électronique depuis 1955. Aux États-Unis, le cyber relève de la National Security Agency (NSA) et, en Grande Bretagne, du Government Communications Headquarters. En 2013, le lanceur d’alerte Edward Snowden révèle aux journaux américain The Washington Post et britannique The Gardian que la NSA a un accès direct aux serveurs d’Apple, de Google, Microsoft, Facebook, Yahoo, d’AOL et de Paypal. En France, l’Agence nationale de la sécurité des systèmes informatiques voit le jour en 2009 et le Commandement de la cyberdéfense (Comcyber) en 2017. Son premier commandant, le futur vice-amiral d’escadre Arnaud Coustillière, commence en 2013 avec une petite équipe de dix personnes qui va monter en puissance. Il s’agit surout de jeunes diplômés bac + 5, en majorité issus des sciences sociales, mais aussi des mathématiciens, cryptographes et spécialistes de l’intelligence artificielle. Le plus délicat, explique l’amiral, consiste à bien calibrer les outils cyber avant une mission offensive, toujours conçue sur mesure. Un exercice a convaincu l’État-major des armées de la nécessité d’intégrer la cyberdéfense tactique dans sa conceptions stratégique. Ainsi pendant un weekend, des militaires des forces spéciales et du cyber ont progressé sur le terrain en toute discrétion avec les mêmes équipements de combat. Les seconds ont emporté des ordinateurs reliés par satellite au centre technique des opérations de lutte informatique offensive. Aujourd’hui, la compétence du Comcyber s’étend aux actions numériques de prévention, protection, influence, lutte défensive et lutte offensive (spécificité de la Direction générale de la sécurité extérieure). Depuis 2014, des exercices « Defnet » mobilisent les plateformes des centres techniques des différentes armées et aussi des écoles d’ingénieurs à des fins de recrutement. Dans le cadre de l’OTAN, l’exercice de cyberdéfense « Locked Shield » a lieu chaque année en Estonie avec la participation d’une vingtaine de pays, dont la France. Le scénario comporte tous les volets d’une cyberattaque d’envergure en temps réel : technologies de pointe ; simulation de toute la complexité de l’attaque ; prise de décision stratégique ; aspects juridiques et de communications. Entre Alliés, les échanges se limitent aux effets et cibles, car les modes opératoires techniques ne se partagent pas.

Loïc Salmon

« Soldat de la cyberguerre », Arnaud Coustillière et Aude Leroy. Éditions Tallandier, 280 pages, 20,90 €.

Cyber : champ de lutte informatique et d’influence

Cyberdéfense : ciblage, précaution et proportionnalité

Cyberdéfense militaire : DEFNET 2015, exercice interarmées à tous les niveaux




Marine nationale : la mission « Akila » du GAN en Méditerranée

Le Groupe aéronaval (GAN) est déployé en Méditerranée orientale pendant six semaines, depuis le 22 avril 2024, pour la mission « Akila » de sécurité collective pour la stabilité régionale dans le cadre de l’OTAN.

Son commandant, le contre-amiral Jacques Mallard, a présenté le GAN et « Akila » à la presse le 11 avril 2024 à Paris.

La mission « Akila ». Au cours des longues campagnes précédentes, le GAN restait sous commandement opérationnel national. Seuls, ses avions passaient sous le celui de l’OTAN pendant la durée de leurs missions. Pour la première fois, précise l’amiral Mallard, le GAN en entier, à savoir le porte-avions Charles-de-Gaulle et son escorte (voir plus loin), est placé sous commandement OTAN pendant la mission « Akila ». Celle-ci, qui montre la capacité de la force de frappe de l’Alliance Atlantique, souligne l’engagement résolu de la France au sein de l’OTAN pour soutenir l’Ukraine, en conflit ouvert contre la Russie depuis le 24 février 2022. Elle renforce la posture défensive et dissuasive de l’Alliance Atlantique sur le flanc Est de l’Europe. Les Rafale Marine doivent participer à des actions communes avec l’armée de l’Air et de l’Espace et l’armée de Terre dans le cadre des opérations « Air Shielding » en Pologne et « Aigle » en Roumanie. Les missions portent sur la surveillance et la défense aérienne avec la participation du système de défense sol-air moyenne portée Mamba, déployé en Roumanie. Engagés à partir des bases de Mont-de-Marsan et d’Istres, les Rafale et les avions ravitailleurs de l’Armée de l’Air et de l’Espace conduisent des missions quotidiennes de défense aérienne sous commandement OTAN.

L’interopérabilité. Avant la mission « Akila » proprement dite, le GAN effectue des activités nationales de mobilité stratégique, de capacité de maîtrise des espaces aéromaritimes et d’appréciation autonome de situation, en vue de conserver la liberté d’action. Avec les forces armées italiennes, le GAN doit participer à l’exercice « Mare Aperto-Polaris », selon un scénario réaliste de conflit de haute intensité et multi-domaines (terrestre, maritime, aérien, spatial, cyber, électromagnétique et informationnel). Il s’agit de renforcer la préparation au combat lors de la planification et la conduite d’une opération maritime ciblée. Outre le porte-avions, la force « Akila » compte : le bâtiment ravitailleur de forces Jacques-Chevalier avec son hélicoptère embarqué ; un sous-marin nucléaire d’attaque ; une frégate de défense aérienne avec son hélicoptère ; une frégate multi-missions avec son hélicoptère. Elle accueille aussi des unités alliées (frégate, sous-marin ou avion de surveillance maritime) américaine, espagnole, portugaise, italienne et grecque. Cette interopérabilité, souligne l’amiral Mallard, englobe les procédures techniques autour de la connectivité, les liaisons de communication, les opportunités de soutien logistique mutuel et des méthodes de commandement communes. Ce savoir-faire partagé a construit une confiance entre Alliés, que chaque déploiement du GAN contribue à entretenir en démontrant la capacité de la Marine française à commander des unités étrangères pour remplir les missions que lui sont confiées. Depuis une dizaine d’années, le GAN a ainsi intégré une trentaine de navires étrangers de douze nations différentes.

Une base aéromaritime projetée. Le GAN engagé dans l’opération « Akila » compte 3.000 marins français et étrangers, dont 1.200 pour l’équipage du porte-avions qui embarque aussi un état-major de 80 militaires et les 600 personnels du groupe aérien. Les 18 chasseurs Rafale Marine du Charles-de-Gaulle assurent la protection aérienne et effectuent des frappes vers la mer et la terre. Ses deux avions de guet aérien E-2C Hawkeye assurent le commandement aéroporté d’un raid et la détection des navires et aéronefs. Un avion de patrouille maritime, basé à terre, peut effectuer des missions de lutte antinavire et anti-sous-marine au profit du GAN.

Loïc Salmon

Stratégie : l’importance pérenne du groupe aéronaval

Marine nationale : la Patrouille maritime, en alerte permanente

Marine nationale : groupe aérien aux Etats-Unis, modernisation du porte-avions




Ukraine : accélération de l’innovation en temps de guerre

Très dépendante de l’URSS jusqu’à son implosion en 1991, l’Ukraine a ensuite développé sa propre base industrielle et technologique de défense (BITD). L’innovation à faible coût s’est accélérée dès l’invasion russe de la Crimée en 2014 puis davantage depuis l’attaque de 2022.

Xavier Tytelman, consultant aéronautique et défense, l’a expliqué au cours d’une visioconférence organisée, le 4 avril 2024 à Paris, par l’association 3AED-IHEDN.

L’héritage soviétique. En 1991, l’Ukraine dispose du tiers de l’industrie de défense de l’URSS, soit 1.810 entreprises, 750 usines et 140 institutions scientifiques et techniques qui emploient un million de personnes. Elle va pouvoir exporter 6.500 chars, 700 véhicules de combat, 7.200 pièces d’artillerie, 500 navires et 1.000 aéronefs. Vingt-cinq ans plus tard, l’industrie de défense ukrainienne n’emploie plus que 250.000 personnes et sa production est exportée à 90 % pour un montant d’environ 1,5 Md€ par an, grâce à des prix très compétitifs. Entre 2005 et 2014, ces ventes portent sur plus de 200 avions de chasse, 230 hélicoptères, 700 véhicules blindés et 800 chars. Pour la période 2008-2012, selon l’Institut de recherche sur la paix de Stockholm, l’Ukraine se classe à la 9ème position mondiale des pays exportateurs d’armes entre Israël et l’Italie et devant la Corée du Sud. Elle a notamment vendu le char T-84 (dérivé du char T-80 soviétique) à la Thaïlande et à l’Angola. Équipé d’une mitrailleuse de 7,62 mm modernisée, de systèmes de protection et de capteurs, le T-84 existe en version « soviétique » avec un canon de 135 mm et en version « OTAN » avec un canon de 120 mm. Outre un prix d’achat de 5 M$, considéré comme abordable, le T-84 bénéficie d’un coût d’exploitation très bas grâce à une maintenance réalisée dans des usines de tracteurs au Pakistan et en Thaïlande.

La réorientation. Après l’invasion de la Crimée, l’Ukraine puise dans ses stocks d’armes pléthoriques et en améliore les systèmes. Plutôt que de développer des systèmes onéreux, les forces armées achètent ce qui existe sur le marché civil à bas prix (environ 100 €), comme les caissons pour caméras de surveillance. Sur la période 2013-2017, les composants externes représentent 85 % des ventes à l’export, notamment des moteurs de navires à destination de la Russie. Mais dès 2015, l’Ukraine suspend ses exportations vers la Russie, très dépendante pour 184 types de systèmes ukrainiens pour ses navires, chars et avions Celle-ci, atteinte par les sanctions internationales à son encontre, a dû retarder ou annuler des programmes d’armement. De son côté, la BITD ukrainienne a réorienté sa production vers ses besoins nationaux en raison de la poursuite de la guerre avec la Russie. Son chiffre d’affaires à l’export a alors beaucoup diminué. La Russie lui avait commandé 60 avions de transport opérationnel Antonov An-70 livrables à partir de 2015. L’Allemagne s’apprêtait à les racheter, mais a finalement choisi l’A400M européen. Des négociations ultérieures avec l’Inde, les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite n’ont pas abouti. Puis, à partir de 2018, l’Ukraine cesse d’exporter de l’armement, à l’exception de 12 chars T-84 à la Thaïlande.

L’accélération. Dès 2014, la BITD ukrainienne commence à développer ses propres armements à partir de ceux, soviétiques, dont elle disposait. Ainsi, son missile longue portée R-360 Neptune a coulé le croiseur russe Moskva en mer noire en 2022. Il s’agit d’un modèle équipant une batterie de défense côtière mais dont tous les composants ont été modifiés. Son développement a duré environ deux ans et a coûté 40 M$. Son nouvel altmètre lui permet de voler très bas, de sorte que les radars de défense aérienne russes ne voient pas la différence avec les vagues. Son système de navigation inertielle, dont le GPS résiste au brouillage. Le missile Neptune, présenté au salon ukrainien de l’armement en 2015, effectue un premier tir en 2017 et valide un essai à plus de 100 km l’année suivante. En 2019, est annoncée une version capable voler au-dessus de la mer et de frapper une cible à terre. Or la technologie de désignation d’une cible terrestre s’avère plus compliquée qu’un navire, facilement repéré dès l’allumage du radar peu avant la fin du vol. En 2023, une version modernisée a détruit deux batteries russes de défense antiaérienne S400 en Crimée, pourtant très protégées. En 2013, la BITD ukrainienne modernise le système sol-air russe S200 (portée 300 km), retiré du service deux ans plus tôt, et allonge sa portée à 600 km…avec succès selon des sources russes ! Le système sol-air ukrainien FrankenSAM, équipé d’un radar S300 russe d’une portée limitée, a été associé à un missile d’une allonge très supérieure. En février 2024, il a abattu un avion de surveillance aérienne A50 au-dessus du territoire russe. En effet, estimant le radar S200 obsolète, les pilotes russes volaient à une distance considérée comme suffisante pour leur sécurité. Par ailleurs, la BITD ukrainienne a réalisé deux prototypes de missile balistique sol-sol en 2019 et 2020 et lancé la production de masse en 2023, à raison d’un ou deux missiles par mois. Cet engin, d’une portée de 500 km, est dérivé de l’OTR-21 Tochka soviétique (portée 120 km), transporté sur un tracteur puis positionné à la verticale pour son lancement. Enfin, une coopération a été lancée avec la Turquie sur la motorisation des drones et sur l’avionique, notamment celle du futur avion de chasse de 5ème génération que la Turquie prévoit de réaliser à la fin de la décennie.

L’adaptation. Lors de l’indépendance de l’Ukraine en 1991, plus de 80 % de la population du Donbass parle russe, mais ne se sent pas russe, et l’unique usine ukrainienne de munitions s’y trouve. Le gouvernement décide alors de déplacer une grande partie de la production d’armement et les bureaux d’études dans d’autres villes vers l’Ouest. En 2014, seule la production de matériels consommables reste près du front. Il n’existe pas de centre unique pour les dizaines d’usines différentes de production de drones navals et le développement de nouveaux missiles est organisé à plus de 2.000 km de la portée des missiles de croisière russes. Dès le début des bombardements russes, les ingénieurs privilégient le télétravail et ne se rencontrent que lors des essais dans une soufflerie souterraine, en vue d’une mise en service opérationnelle rapide. A Kharkiv (près de la frontière orientale), les forces armées russes ont bombardé les usines des chars et de véhicules blindés et miné le terrain. A l’exception de l’usine de fabrication d’obus située en zone occupée, l’Ukraine est parvenue à reconstruire une capacité de production d’armement en zone sécurisée. L’État finance le développement des grands projets, comme le missile balistique à courte portée Hrim-2 et l’évolution des missiles soviétiques. Par ailleurs, les jeunes officiers de 2014 ont, depuis, acquis l’expérience de dix ans de guerre et atteint des grades élevés et des postes de haute responsabilité à 35 ans. Ils connaissent la doctrine militaire russe et, pour la contourner, élaborent des systèmes de commandement (C2) grâce aux grandes quantités de données traitées par l’intelligence artificielle. La population civile coopère dans le domaine des C2 et, pour le reste, développe elle-même des innovations avec les moyens du bord. De son côté, la Russie rattrape son retard dans le domaine des drones grâce aux composants fournis par la Chine. Mais les techniciens, mobilisés pour travailler dans les usines d’armement, ne s’intéressent guère aux innovations. En outre, peu d’étudiants russes tentent d’en imaginer chez eux, le soir ou pendant les weekends. En revanche, l’Ukraine a bénéficié de l’arrivée de 500.000 volontaires proposant leurs idées d’innovations et certains avec des drones civils, financés par leurs parents et amis, pour le largage de grenades. Après deux ans de guerre de haute intensité, la maintenance des équipements hétéroclites de l’Ukraine s’avère difficile et les avions de chasse russes Sukhoï-34 manquent de bombes plus intelligentes et de systèmes de navigation plus performants.

Loïc Salmon

Ukraine : les enseignements de deux ans de guerre

Armement : la coalition « Artillerie pour l’Ukraine »

Ukraine : les drones, symboles de la résistance pour Kiev