Agro (Grandes Ecoles de l’Enseignement Supérieur Agricole)

Ces écoles, formant annuellement plus de 5.000 ingénieurs, masters, mastères spécialisés et docteurs, ont été largement impliquées dans les deux guerres mondiales, principalement dans les unités du génie, de l’infanterie et de la cavalerie. Elles ont totalisé cinq croix de Guerre.

Lire la suite de l’article en PDF 




Les généraux américains 1943-1945

Voir le Pdf




La Marine nationale dans la guerre d’Indochine, 1946-1954

Voir le Pdf




337 | Dossier : “La bataille d’Inchon 15-19 septembre 1950

Dossier : “La bataille d’Inchon 15-19 septembre 1950”

Télécharger la revue




Hôpital américain de Paris

Pendant la Grande Guerre, l’Hôpital américain de Paris met en place et gère un important hôpital militaire, se distinguant ainsi comme une institution réputée pour son intervention rapide et sa bienfaisance généreuse en temps de crise en France. Quelque vingt ans plus tard, l’hôpital doit de nouveau envisager des solutions en prévision du deuxième conflit mondial.

Lire la suite de l’article en PDF 




Ecole Normale Supérieure

Créée sous la Révolution pour « apprendre aux citoyens l’art d’enseigner », membre fondateur de l’Université Paris Sciences et Lettres, elle est à la fois Grande Ecole par son recrutement sélectif et Université de formation par la recherche.

Lire la suite de l’article en PDF 




Les armes de la Grande Guerre

Voir le Pdf




Joseph Maunoury, le maréchal méconnu

Voir le Pdf




336 | Dossier : “Villes décorées”

Dossier : “Villes décorées”

Télécharger la revue




Opération « Frankton », commando dans la Gironde

Ils s’appelaient Hasler, Sparks,Wallace, Moffatt, Ewart, Sheard, Mackinnon, Conway, Ellery, Fisher, Laver et Mills. Anglais, Ecossais ou Irlandais, ils étaient ouvrier, livreur de lait, chauffeur de taxi, employé de bureau ou vendeur de glace dans le civil. Douze militaires britanniques qui participèrent en 1942 à l’opération commando « Frankton», la plus incroyable de la seconde guerre mondiale. L’objectif, consistait à détruire un maximum de navires allemands dans le port occupé de Bordeaux.

Lire la suite de l’article en PDF