Profession Espion

image_pdfimage_print

La lutte de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) contre le terrorisme des Proche et Moyen-Orient nécessite de confronter les analyses du siège parisien à la réalité du terrain.

Un agent de la DGSE, retraité, la raconte de l’intérieur à partir de son journal de bord, tenu entre 2004 et 2008. La formation « officier traitant » (OT) est dispensée à des militaires, juristes, linguistes ou diplômés d’instituts d’études politiques ou d’écoles de commerce, destinés à intégrer la Direction du renseignement. Celle-ci fixe les orientations de recherche et détermine les « cibles », conformément aux directives du pouvoir politique. Certains de ses membres, envoyés dans les ambassades, vont manipuler des sources humaines ou tenter d’en recruter de nouvelles. La Direction technique, qui recrute des personnels scientifiques de haut niveau, assure les déploiement, fonctionnement et exploitation des moyens d’interception, notamment les antennes satellitaires installées en métropole et dans les départements et territoires d’outre-mer, donnant ainsi à la France une couverture mondiale. La Direction des opérations, qui forme à la clandestinité, englobe le « service action », composé exclusivement de militaires capables de faire discrètement transiter armes, explosifs, devises, papiers d’identité ou argent liquide n’importe où dans le monde et d’exfiltrer des personnes. La Direction de l’administration gère les ressources humaines, finances et infrastructures. La Direction de la stratégie, le plus souvent pilotée par un diplomate, organise les échanges entre les différents ministères et réalise des « fiches profils » sur les personnalités politiques étrangères participant à des négociations. La carrière d’OT suit rarement une trajectoire linéaire, en raison des accidents de parcours, dus à des aléas professionnels…ou une faute grave. Sur le terrain, stress et tension constituent le sel du métier : observer, se déplacer en surveillant l’environnement, semer un poursuivant, prendre contact avec une source en toute discrétion, engager la conversation et écouter, tout en préparant le coup suivant. Qu’il le veuille ou non, l’OT s’implique émotionnellement dans ses rapports avec ses sources. En outre, les mythes relatifs au métier ne présentent pas toujours un avantage. Certaines sources risquent en effet de lourdes peines de prison ou même la mort. Quoique loin du terrain, le travail minutieux de contre-terrorisme réalisé à Paris permet, parfois, de démanteler un réseau à l’étranger ou en France. Pour obtenir des preuves de vie en cas de prise d’otages, il s’agit de faire le tri entre les intermédiaires sérieux et les escrocs, prêts à vendre de fausses informations contre rémunération. Les interceptions (écoutes téléphoniques, surveillances de comptes e-mail ou de messagerie) présentent plus de fiabilité que le renseignement d’origine humaine, influencé par l’appréciation de la source. Le chantage, comme moyen de recrutement, présente de gros risques : informations peu fiables de la cible, qui cherche à se protéger ; retournement possible de la cible qui, sous la pression, avoue tout à son service d’origine. Alors que le cloisonnement entre collègues d’un même service prime à Paris, la réactivité sur le terrain exige de travailler ensemble pour suivre les avancées des dossiers du voisin. En outre, la cellule technique détachée et un linguiste peuvent travailler en direct sur les cibles désignées. Les OT du contre-terrorisme, affectés à Paris, effectuent des missions ponctuelles sur le terrain.

Loïc Salmon

« Profession espion », Olivier Mas. Editions Hoëbeke, 206 pages, 16,50 €.

DGSE : le renseignement à l’étranger par des moyens clandestins

Renseignement : la DGSE souhaite être connue

James Bond n’existe pas

Sécurité : le renseignement dans la lutte contre le terrorisme

image_pdfimage_print