Le fusil à tirer dans les coins

image_pdfimage_print

Comment parler des armes et des combats avec rigueur et précision, retrouver le sens originel de termes guerriers entrés dans le langage courant, sans oublier anecdotes et humour ?

Ce recueil de « curiosités militaires » apporte des réponses pour approfondir sa culture…ou élargir son érudition !

Les armes. Dans l’Antiquité, l’éléphant d’une hauteur de 3 m, d’un poids de 5 t et capable de courir à 30 km/h, terrorise les chevaux par son odeur et ses barrissements. Ce char d’assaut vivant, utilisé dans les armées perses puis macédoniennes, perdure jusqu’au IIème siècle avant JC. Au Moyen-Age, l’arbalète, permettant de tuer à distance sans risque, est considérée comme l’arme des lâches par les chevaliers. Pourtant son efficacité se trouvait réduite par un temps de rechargement trois fois supérieur à celui d’un arc. Toutefois, 1.000 ans plus tôt en Chine, une arbalète à répétition, d’une cadence de tir de 10 coups en 15 secondes, a duré jusqu’à la généralisation de l’arquebuse au XVIème siècle. Pendant les croisades, les chevaliers atteints de la lèpre devaient obligatoirement rejoindre l’ordre hospitalier et militaire de Saint-Lazare à Jérusalem pour soigner les malades et combattre les Sarrasins, qui redoutaient la contagion de ces « morts-vivants », véritables armes bactériologiques. L’idée du fusil à tirer dans les coins remonte à la seconde guerre mondiale. Le canon, muni d’un embout courbe, et une visée périscopique permettent à l’équipage d’un char allemand d’abattre les poseurs de mines magnétiques. Aujourd’hui, pour le combat urbain, une société israélienne a mis au point un fusil au canon pivotant de 90 ° et équipé d’une caméra vidéo pour tirer à l’abri d’un mur. Des armes portent encore le nom de leur inventeur, comme le revolver de Samuel Colt (1814-1862) et le fusil d’assaut de Mikhaïl Kalachnikov (1919-2013). Toutefois, le nom de quelques machines de guerre a sombré dans l’oubli : le « gastrophète », ancêtre grec de l’arbalète ; le « couillard », catapulte pour lancer de lourdes pierres, des boules d’argile incendiaires ou des charognes ; le « War Wolf », catapulte de 10 m de haut envoyant des projectiles de 150 kg à 190 km/h à 200 m ; « l’hélépole », très haute tour de bois mobile, protégée, avec une passerelle pour déverser des combattants à la hauteur du rempart d’une ville.

Les amazones. Au cours du XIXème siècle, les rois du Dahomey disposent d’un corps de 6.000 soldates, entraînées au maniement des armes et au combat et tenues de rester vierges. En 1983, le colonel libyen Kadhafi crée une académie militaire féminine pour le recrutement de 400 femmes belles, vierges, cultivées, élégantes et pratiquant les arts martiaux. A sa mort, il s’avère que sa garde permanente de 40 amazones constituait son harem. L’Anglaise Flora Sandes (1876-1956), pilote de course automobile et grande voyageuse, s’engage comme infirmière en Serbie pendant la Grande Guerre, qu’elle termine comme combattante et…capitaine de l’armée serbe !

Le « roi-sergent ». Le roi de Prusse Frédéric-Guillaume 1er (1688-1740), père du futur « despote éclairé » Frédéric II, crée un régiment d’infanterie composé exclusivement de soldats mesurant au moins 1,80 m, dont il exige qu’ils épousent des femmes de grande taille pour perpétuer sa « garde de géants de Potsdam ». Mais ces 3.000 hommes ne servent qu’à la parade. Le surnom du roi, qui le ridiculise de son vivant, vient de sa manie des détails des uniformes et des exercices militaires.

Loïc Salmon

« Le fusil à tirer dans les coins », Hughes Vial. Editions Pierre de Taillac, 192 pages, nombreuses illustrations, 19,90€. 

Histoires d’armes

Jeep militaires

Armée de Terre : des motos « baroudeuses » pour améliorer l’efficacité opérationnelle

image_pdfimage_print