Défense : démarche capacitaire, de la menace à l’organisation et à la coopération européenne

image_pdfimage_print

Disponibilité et activité opérationnelle assurent la capacité à manœuvrer vers l’avant. Cette dernière et la modernisation des équipements et armements permettront de prendre l’ascendant sur un adversaire potentiel.

Cette démarche a été présentée à la presse, le 27 septembre 2018 à Paris, par le général de corps d’armée Eric Bellot des Minières, sous-chef plans de l’Etat-major des armées.

L’an I de la LPM. Cette démarche capacitaire est associée à la première année de la Loi de programmation militaire 2019-2025 (LPM), indique le général. Le projet de loi de finances 2019 inclut un budget de 35,9 Md€ pour la défense correspondant à 1,82 % du Produit intérieur brut et avec une hausse annuelle de 1,7 Md€ (+ 5 %) en conformité avec la LPM. En outre, la ligne budgétaire des opérations extérieures passe à 850 M€, contre 450 M€ pour 2017 et 2018. Sont aussi prévus : la création de 450 postes dans le renseignement, le cyber et le numérique ; 4,2 Md€ pour le maintien en condition opérationnelle des matériels ; 19,5 Md€ pour les commandes et livraisons. Parmi ces dernières figurent : 25.000 gilets pare-balles ; 89 véhicules blindés Griffon ; 8.000 fusils d’assaut HK416 ; 10 hélicoptères NH90 ; 1 frégate multimissions ; 1 patrouilleur léger guyanais ; un bâtiment multimissions ; 6 drones Reaper ; 1 avion de transport tactique A400M ; 2 avions de transport tactique C130J ; 1 avion multirôles de transport et de ravitaillement en vol. La préparation de l’avenir et l’adaptation aux contraintes du présent passent par la poursuite du Plan famille, pour l’amélioration des conditions de vie des agents civils et militaires, la réactivité et le travail sur le long terme. Le général rappelle que la formation complète s’étend sur 4 à 5 ans pour un soldat ou un matelot, 15 ans pour un premier-maître ou un adjudant et 25 ans pour un capitaine de vaisseau ou un colonel.

Coopération européenne. Le 26 septembre 2018, le ministère des Armées a publié un point de situation des ambitions européennes de la France en matière de défense et de sécurité. Ainsi, l’Initiative européenne d’intervention doit tenir sa première réunion ministérielle en France en novembre. Elle regroupe la France, l’Espagne, l’Allemagne, la Belgique, le Portugal, le Danemark, les Pays-Bas, la Grande-Bretagne et l’Estonie. Elle vise à établir une culture stratégique commune et permettre d’intervenir rapidement en cas de catastrophe naturelle, d’évacuation de ressortissants ou même d’opération de haute intensité. La « coopération structurée permanente » porte notamment sur de nouveaux équipements radio ou d’un nouveau standard d’hélicoptère. L’Union européenne a récemment créé le Fonds européen de défense d’un montant de 13 Md€ pour la période 2021-2027, en vue de financer des projets d’équipements militaires et de recherche de défense. Elle va investir 6,5 Md€ pour instituer des dispositifs juridiques et mettre en cohérence les infrastructures routières et ferroviaires pour faciliter les déplacements d’unités et d’équipements militaires sur son territoire. Sur le plan industriel, la France participe à plusieurs coopérations : avec l’Allemagne pour le système de combat aérien, le char de combat et l’artillerie du futur ; avec l’Italie, l’Espagne et l’Allemagne pour l’Eurodrone (drone européen moyenne altitude et longue endurance) ; avec la Belgique pour constituer un partenariat sur la « capacité motorisée terrestre interarmes » (véhicules blindés).

Loïc Salmon

Défense : vers 2 % du Produit intérieur brut à l’horizon 2025

Jean-Yves Le Drian : relancer l’Europe de la défense

image_pdfimage_print