« La Nuit aux Invalides », spectacle du centenaire de 1918

image_pdfimage_print

La cour d’honneur des Invalides à Paris sert d’écrin à la rétrospective de la première guerre mondiale, ressentie par un enfant âgé de 7 ans en août 1914.

Tel est le nouveau spectacle, son, lumière et technologie, intitulé « 1918, la naissance d’un monde nouveau », que présente Amaclio Productions du 27 juin au 1er septembre 2018.

Emotions et voyage dans le temps. Des projecteurs laser 4K de dernière génération offrent une qualité d’images exceptionnelle sur des surfaces de pierre de la cour d’honneur rénovées. L’expérience sensorielle se trouve renforcée par une sonorisation porteuse d’émotions, accrues par la projection d’images d’archives de la Grande Guerre. Trois personnes dialoguent en « off » : le petit Martin et ses tantes Eulalie et Victoire, à l’usine ou au milieu des « gueules cassées ». Pendant 45 minutes, 35 séquences rythment leur narration, des valses à la cour de Vienne en 1914 à l’apparition des chars de combat en 1917, de la charge en gants blancs des saints-cyriens, sabre au clair en 1914 à l’entrée en guerre des Etats-Unis en 1917. Le machinisme surgit dans la guerre, des taxis parisiens transportant une brigade d’infanterie vers le champ de bataille de la Marne en 1914 à l’impressionnant développement de l’aviation en 1918. La liesse finale préfigure un monde nouveau, celui du XXème siècle. Ce spectacle se prolonge par une visite nocturne de l’église du dôme des Invalides et du tombeau de Napoléon. Une scénographie « aux 1.000 chandelles » mène à la rencontre de quatre maréchaux. Turenne et Vauban rappellent le siècle de Louis XIV, fondateur des Invalides. Lyautey, éphémère ministre de la Guerre fin 1916-début 1917, préconise l’unité de commandement sur le champ de bataille. Elle sera réalisée par Foch, maréchal de France, de Grande-Bretagne et de Pologne et vainqueur en 1918.

Réalisation. Amaclio Productions fait appel, depuis avril 2012, à Bruno Seillier, créateur des quatre spectacles précédents : « La Nuit aux Invalides » et « Les Luminescences d’Avignon » avec de la vidéo monumentale ; « Les Ecuyers du Temps » à Saumur, incluant 150 figurants, spectacle équestre et vidéo également ; « La conquête de l’Air » au Grand Palais à Paris, rétrospective de cent ans de l’avionneur Dassault avec mise en scène de trois appareils : 1 avion d’affaires Falcon ; 1 avion de combat Mirage III, conçu en 1950 ; 1 avion Rafale, en service dans l’armée de l’Air et la Marine françaises depuis 2001. En 2017, un spectacle, intitulé « Notre-Dame de cœur », s’est déroulé sur la façade de la cathédrale Notre-Dame de Paris, pour rendre hommage à l’engagement américain dans la Grande Guerre. Dans chaque spectacle, Bruno Seillier utilise la technologie la plus moderne pour valoriser un lieu historique, sans en altérer la beauté. Il s’en explique : « Je ne veux pas écraser le monument sous les coups d’une visualisation artificielle et fugace. Au contraire, je veux que la puissance de la technologie permette au monument de respirer, de changer d’atours et qu’un dialogue s’instaure avec lui. ». Pour « 1918, la naissance d’un monde nouveau », Bruno Seillier s’est assuré du concours des « voix » des comédiens Benoît Allemane, Céline Monsarat, Kaycie Chase et Céline Duhamel. Trois spectacles ont été donnés dans des sites inscrits au Patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO : les Invalides (plus de 300.000 spectateurs en 2012-2017), le Palais des papes (plus de 350.000 en 2013-2017) et le château de Saumur (plus de 30.000 en 2013-2014).

Loïc Salmon

Renseignements sur www.lanuitauxinvalides.fr

L’histoire des Invalides en 3 D

Cent ans de conquête de l’air au Grand Palais de Paris

image_pdfimage_print