Images interdites Grande Guerre

image_pdfimage_print

La photographie, apparue sur le champ de bataille pendant la guerre de Crimée (1853-1856), devient véritablement une « arme » au cours de celle de 1914-1918. Dès le début du conflit, la presse perd la liberté dont elle avait joui pendant la guerre contre la Prusse (1870-1871).

La censure devient indissociable de la propagande. D’abord, les autorités civiles et militaires veulent protéger la population des mauvaises influences et lui inculquer les bonnes. Ensuite, cette guerre étant celle de la nation armée, elles doivent maintenir le moral des non-combattants à l’arrière du front. Ne pouvant empêcher les soldats de lire les journaux, elles veillent à ce que les informations qui parviennent aux tranchées ne sèment le désordre ou la démoralisation. L’Allemagne saisit d’emblée l’intérêt de la photo pour véhiculer sa propagande à destination de pays neutres. Pour la contrer, le ministère français des Affaires étrangères manifeste en 1915 un besoin d’approvisionnements réguliers de photos sur des sujets variés. La Section photographique de l’armée (SPA) est alors constituée pour produire l’image officielle du pays en guerre. Dirigée par le sous-lieutenant Pierre-Marcel Lévi, professeur d’histoire générale à l’Ecole des Beaux-Arts dans le civil, elle n’a de militaire que son nom et une partie de son personnel. Pour éviter un usage commercial des photos du front, l’Etat-major recrute essentiellement des soldats mobilisés au service auxiliaire, photographes professionnels sans lien avec des entreprises privées. La formation à « l’Ecole des opérateurs de prise de vue » pour photographes et cameramen dure deux mois avec notamment : « dégrossissement » et « élimination des inaptes physiques » ; perfectionnement et utilisation de la lumière. Sur ordre du Grand Quartier Général français, les reporters sont envoyés en mission, au front ou à l’arrière, en France, Afrique du Nord, Afrique subsaharienne, Orient, Proche-Orient et même Russie. Chaque mission répond à une commande des autorités françaises, stationnées en France ou à l’étranger, ou à des organismes comme la Croix-Rouge internationale. Industrielle, cette guerre oppose des technologies et des brevets. L’armement y joue un rôle plus important que les soldats. Véritable laboratoire, elle inclut la recherche de l’arme secrète, facteur de surprise. Par ailleurs, la politique française de communication se construit sur un postulat majeur : par leurs destructions de monuments historiques, les « barbares » allemands constituent une menace pour la civilisation que la France et ses Alliés défendent. La SPA dispose de ses propres moyens de diffusion et envoie des clichés sur des cartes postales, albums thématiques, périodiques en toutes langues, projections d’images fixes lors de conférences, expositions et produits dérivés. Ainsi, entre septembre 1917 et février 1918, les cartes postales de la série « profanations allemandes » totalisent plus d’un million d’exemplaires. En outre, 41.000 albums photographiques, 12.000 plaques pour projection et 205.000 clichés sont envoyés à l’étranger. « Images interdites Grande Guerre», catalogue de l’exposition éponyme, en présente les 40 photos avec un texte explicatif détaillé pour les remettre en perspective. Entre 1915 et 1919, les « soldats de l’image » ont dû effacer leur nom au profit de la seule mention de la SPA. Mais, quelques uns ont pu sortir de l’anonymat.

Loïc Salmon

Exposition « Images interdites de la Grande Guerre » à Vincennes

Renseignement : les archives secrètes françaises et allemandes de la seconde guerre mondiale accessibles

« Images interdites Grande Guerre », ouvrage collectif. Éditions ECPAD et Presses universitaires de Rennes, 186 pages, Nombreuses illustrations, 25 €.

image_pdfimage_print