Armée de Terre : des motos « baroudeuses » pour améliorer l’efficacité opérationnelle

image_pdfimage_print

Le 13 avril 2015, la Section technique de l’armée de Terre a pris livraison de 150 nouvelles motos « Yamaha XTZ 660 Ténéré », inspirées des motos de la course Paris-Dakar. Adaptées aux besoins militaires et construites en France, elles remplacent les « Cagiva 350 cm3 ». Les motos de l’armée de Terre ont pour missions d’escorter les véhicules blindés et de sécuriser leurs itinéraires, d’appuyer les unités et d’occuper les zones de déploiement. Elles doivent renforcer la capacité d’action des unités, à savoir donner au chef interarmes le temps de prendre une décision tactique. Les « Yamaha XTZ 660 Ténéré » ont une cylindrée de 660 cm3, pèsent 215 kg et peuvent aller jusqu’à 175 km/h. Elles sont équipées d’un réservoir de 23 litres, d’un cadre tubulaire en acier, d’un système antiblocage des roues (ABS), de l’allumage électronique, d’un démarreur électrique, d’une protection des mains et d’un gyrophare. L’ABS optimise la distance de freinage et aide le conducteur à conserver la maîtrise de son véhicule en cas de freinage dans de mauvaises conditions : pluie, neige, verglas ou graviers. Les « Yamaha XTZ 660 Ténéré » sont destinées au Bataillon de commandement et de soutien de la Brigade franco-allemande et aux 6 régiments du Train (121ème, 503ème, 511ème, 515ème et 516ème) de la 1ère Brigade logistique. Cette dernière, qui totalise 900 personnels d’active et de réserve, inclut le 519ème Groupe de transit maritime, le Régiment de soutien du combattant, le Régiment médical et le 24ème Régiment d’infanterie de Paris (réserve). Elle assure en permanence le soutien des forces dans le cadre de projections intérieures et de grands exercices. Subordonnée au Commandement des forces terrestres stationné à Lille, elle engage 8 % à 15 % de ses moyens partout où les forces françaises sont déployées : opérations extérieures au Mali, en Centrafrique, au Liban, au Kosovo et en Côte d’Ivoire ; prépositionnements à Djibouti et aux Gabon, Tchad, Sénégal et Émirats arabes unis ; en outre-mer à la Réunion et en Martinique, Guadeloupe, Guyane, Nouvelle-Calédonie et Polynésie.

Loïc Salmon

Motos et sides-cars de la seconde guerre mondiale

Jeep militaires

Char Sherman

 

image_pdfimage_print