Armes secrètes de l’Allemagne nazie

image_pdfimage_print

Le tournant de la seconde guerre mondiale se produit après le débarquement des forces alliées en Afrique du Nord en 1942 et la défaite de la Wehrmacht à Stalingrad en 1943. Pour le contrer, le IIIème Reich accélère le développement d’armes, dites de « représailles », contre la Grande-Bretagne et dont la technologie est très en avance sur celles des États-Unis, à savoir les V1, V2 et V3. Le V1, véritable bombe volante (7,90 m de long et 2,25 t) est le premier missile de croisière. Le V2 (14 m, 12,5 t), à propergol liquide, est le premier missile balistique opérationnel et le prototype des lanceurs spatiaux. Le V3 est un canon (longueur 130 m et calibre 150 mm), profondément enfoui sous terre et protégé par une épaisse couche de béton. Il aurait dû lancer des obus de 3 m de long et 140 kg à 165 km, grâce à un apport d’air comprimé par chacune de ses 32 sections. Repéré lors d’une reconnaissance de l’aviation britannique, le site de lancement, en cours de construction, a été bombardé à plusieurs reprises. Le canon a été saisi par les troupes canadiennes en 1944, sans avoir tiré un seul obus. En revanche les V1 et V2 ont été utilisés contre la Grande-Bretagne, la Belgique et les Pays-Bas en 1944 et 1945. Le V2, mis au point à la base secrète de Peenemünde sur la côte baltique, a été fabriqué par des déportés des camps de Dora-Mittelbau et Buchenwald. Il a été conçu par une équipe de savants allemands, dont le fameux Wernher von Braun, âgé de 32 ans en 1944. Ce dernier et le V2 constituent les thèmes de l’ouvrage « Armes secrètes de l’Allemagne nazie », recueil de trois histoires de la bande dessinée britannique « Commando », publiée à partir de 1961. Pour une fois, les guerriers britanniques ne jouent que les seconds rôles. De surcroît, ils s’aperçoivent que les Allemands ne sont pas tous nazis et devront même une fière chandelle à certains d’entre eux. La 1ère histoire, intitulée « Opération Valhalla », relate comment des soldats britanniques rencontrent, par hasard, un vieux savant allemand en fuite, révolté par l’usage que son gouvernement entend faire de ses travaux sur la balistique. La 2ème histoire, intitulée « Attaque de fusée » met en scène un « As » de l’aviation britannique et son alter ego dans la Luftwaffe. Ils font connaissance lors de la bataille de Dunkerque en 1940, puis les circonstances vont les amener à agir dans l’ombre, ensemble et dans le même but : anéantir un site de lancement de V2. La 3ème histoire, intitulée « Projet Jugement dernier » a été publiée en 1975. Cette année-là, Von Braun, citoyen américain depuis 20 ans, reçoit la « National Medal of Science » pour ses travaux, notamment comme directeur de recherches de l’Agence pour les missiles balistiques de l’armée de terre américaine (missiles Pershing et Jupiter), puis directeur du Centre de vol spatial de la NASA pendant 12 ans (1958-1970). Son projet de mise en orbite de satellite artificiel date de 1954, mais l’URSS devancera les États-Unis avec le « spoutnik » en 1957 ! Avant de se rendre aux Américains (2 mai 1945), Von Braun avait été incarcéré deux semaines (mars-avril 1944) pour « désagrégation du potentiel militaire et défaitisme » sur ordre de Himmler, chef de la SS et de la Gestapo. Dans « Projet Jugement dernier », un savant britannique va mener de main de maître une opération commando contre une basse secrète de V2… à la stupeur admirative des baroudeurs qui l’accompagnent !

Loïc Salmon

Forces nucléaires : l’enjeu stratégique de la prolifération des missiles balistiques

Jour-J

Derrière les lignes ennemies

« Armes secrètes de l’Allemagne nazie », bande dessinée britannique Commando. Éditions Pierre de Taillac, 200 pages. 9,90 €

image_pdfimage_print