Défense et citoyenneté : la journée des jeunes pour en comprendre les enjeux

image_pdfimage_print

Pourquoi et comment se défendre et quel rôle pour les jeunes ? Tels sont les objectifs de la « Journée défense citoyenneté » (JDC), à laquelle sont convoqués chaque année 765.000 jeunes dont 73 % la jugent intéressante. Rénovée en 2014 et vivier de recrutement pour les armées et la gendarmerie, elle permet aussi de détecter ceux en difficulté de lecture (9 %). Le directeur du Service national, François Le Puloc’h, l’a présentée à la presse le 10 avril 2014 à Paris. La JDC mobilise 1.335 personnels civils et militaires et 7.500 animateurs des armées et de la gendarmerie, militaires d’active et de réserve.

Sensibilisation à la défense. D’une durée de 8 h, la JDC accueille 40 jeunes sur 250 sites, chaque jour de la semaine en métropole et outre-mer. Les missions, moyens et engagement des armées, le devoir de mémoire ainsi que le personnel (hommes et femmes) de la défense sont présentés sous forme d’une dizaine de vidéos (1 minute 30 secondes). Celles-ci illustrent des conférences dites « animations » et centrées sur trois thèmes : « Nous vivons dans un monde instable : une défense nécessaire » ; « Une réponse adaptée : notre appareil de défense » ; « Vous avez un rôle à jouer : un engagement citoyen ». La journée inclut des tests de lecture (40 minutes), des visites d’installations militaires et des témoignages des personnels (60 minutes) et une formation au secourisme (60 minutes). En 2013, 150.000 jeunes ont souhaité obtenir davantage d’information sur les armées et la gendarmerie, qui ont reçu 210.000 fiches d’intérêt individuel. En outre, plus de 50.000 jeunes se déclarent intéressés par le service civique. Selon une enquête de satisfaction de la JDC réalisée en janvier 2014 sur un échantillon de 1.676 personnes interrogées, les femmes sont plus intéressées à la JDC, plus sensibles à l’initiation au secourisme et ont une meilleure image induite des armées…que les hommes ! En outre, les objectifs de la JDC sont mieux perçus par les titulaires d’un BEPC, BEP et CAP que par les diplômés des enseignements secondaire et supérieur.

Lien défense/jeunesse. En juillet 2012, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a nommé un délégué ministériel à la jeunesse et à l’égalité des chances. Ce dernier, Gérard Gachet, a présenté son action à la presse le 17 avril à Paris. En France 150.000 jeunes par an quittent le système scolaire sans diplôme. De plus, les jeunes en général recherchent des valeurs aussi présentes dans les armées : engagement, éthique et dépassement de soi. Chaque année, celles-ci recrutent de 15.000 à 20.000 jeunes du niveau BEPC et BEP à baccalauréat + 5. En outre, le plan « Égalité des chances » du ministère de la Défense touche 30.000 jeunes/an de milieux ou quartiers défavorisés. Une brochure sur ce sujet, lancée le 31 mars par le ministre, a été diffusée en versions papier (5.000 exemplaires), électronique (PdF) et interactive en ligne. Ce plan comporte des actions spécifiques en faveur de la cohésion nationale et de la mixité sociale. Il propose notamment : des classes préparatoires aux grandes écoles de la défense, des filières universitaires et des stages pour ceux qui suivent des études supérieures ; un recrutement, une formation et un « escalier social » (il faut y mettre du sien !) pour ceux tentés par une expérience professionnelle dans les armées ; l’action « Défense Mobilité » de l’agence de reconversion du ministère pour ceux qui quittent les armées à l’issue d’un contrat de quelques années.

Loïc Salmon

 

image_pdfimage_print