Exercice « Montauban 2014 » : l’assaut dans la 3ème dimension

image_pdfimage_print

L’exercice « Montauban 2014 » (11-17 avril) met en œuvre plusieurs unités des armées de Terre et de l’Air, en application du retour d’expérience de l’opération « Serval » au Mali (2013). Dans des conditions proches de la réalité, 1.600 militaires, 350 véhicules, 19 hélicoptères et 3 avions sont déployés sur 1.600 km2 dans le Sud-Ouest de la France. Le programme, modifiable selon les conditions météorologiques, inclut : actions de commandos parachutistes ; opérations aéroportées ; largage de personnels et de matériels ; franchissements de cours d’eau ; actions des plongeurs du génie ; reconnaissance offensive ; engagement en zone urbanisée ; fouille spécialisée ; contrôle de zone ; opérations héliportées ; défense NRBC (nucléaire, radiologique, biologique et chimique) ; opérations logistiques. La 11ème Brigade parachutiste fournit la plus grande partie des personnels et des moyens terrestres. Son état-major réalise le contrôle opérationnel du 17ème Régiment du génie parachutiste (basé à Montauban) et du 3ème Régiment parachutiste d’infanterie de marine (Carcassonne). En outre, il rôde ses procédures opérationnelles, déploie son poste de commandement et met en œuvre ses systèmes d’information et de commandement.

La 11ème Brigade parachutiste (BP) compte 8 régiments totalisant 7.500 personnels, stationnés dans le Sud-Ouest de la France et en Corse. Bien équipée et interarmes à dominante infanterie légère (4 régiments), elle possède aussi des unités de blindés légers et des appuis feux et génie. Elle participe aux opérations extérieures (Opex), envoie des unités en missions de courte durée au sein des forces prépositionnnées outre-mer et à l’étranger et conduit des missions sur le territoire national, notamment dans le cadre du plan « Vigipirate » de lutte contre le terrorisme. La 11ème BP arme en permanence  un dispositif d’alerte opérationnel dénommé « Guépard TAP », constitué d’un état-major et d’unités élémentaires largables avec appuis sur très court préavis. Cet échelon a été engagé au Mali début 2013, pour la saisie des aérodromes de Tombouctou et Tessalit. Issues des guerres d’Indochine et d’Algérie, les unités parachutistes ont été constituées sous divers noms et regroupées sous celui de 11ème BP en 1999. Elles ont participé à de multiples Opex : Kolwezi au Zaïre (devenu République démocratique du Congo), Tchad, Liban, guerre du Golfe (Koweït), ex-Yougoslavie (Bosnie, Macédoine et Kosovo), Côte d’Ivoire, Afghanistan, Mali et République centrafricaine.

Loïc Salmon

« Serval » : manœuvre aéroterrestre en profondeur et durcissement de l’engagement

Armée de Terre : un état-major de forces immédiatement projetable

image_pdfimage_print