Inde : industrie spatiale civile, mais de plus en plus militaire

image_pdfimage_print

Outil d’aide au développement économique, l’industrie spatiale fait l’objet d’un consensus politique en Inde. Toutefois, quoiqu’à finalité civile, elle présente des aspects stratégiques (renseignement et missiles balistiques).

Isabelle Sourbès-Verger, géographe et chercheur au CNRS et au centre Alexandre Koyré, a présenté le programme spatial indien au cours d’un séminaire organisé, le 8 avril 2013 à Paris, par la Délégation aux affaires stratégiques et l’Institut de recherche stratégique de l’Ecole militaire. Ce programme a été traité dans un rapport d’étude de la politique spatiale des pays émergents, réalisé par elle-même et les chercheurs Florence Gaillard et Emmanuel Puig, pour le compte de la Fondation pour la recherche stratégique.

Autonomie et coopération internationale. Au cours des vingt dernières années, l’Inde a mis sur orbite plus de cinquante satellites nationaux. Ses besoins portent sur la mise en valeur du territoire, la prévision des risques météorologiques et le développement des communications. Le secteur spatial a eu des retombées : efficacité plus grande de la pêche, recherche d’eau et de matières premières, suivi des récoltes, télé-enseignement et médecine. Il naît au début des années 1960 sous la forme du Comité national indien pour la recherche spatiale, au sein du Département de l’énergie atomique. Une première fusée-sonde est lancée en 1963. Dans la décennie suivante, sont instaurés trois organismes, directement rattachés au Premier ministre et présidés par la même personne pour faciliter leur fonctionnement. La Commission de l’espace et le Département de l’espace formulent et mettent en œuvre la politique spatiale et les programmes étatiques. L’Organisation indienne de recherches spatiales (ISRO) réalise ces programmes avec l’aide de l’agence de télédétection NRSA, le laboratoire de recherche en physique PRL, le laboratoire national de recherche sur l’atmosphère NARL et le centre d’applications spatiales du nord-est NE-SAC. L’ISRO identifie les capacités technologiques existantes dans le pays et les adaptent aux besoins spatiaux. En trente ans, cinq grandes entreprises ont émergé : BrahMos, Aerospace, ECIL, BEL, HAL et BHEL. Par ailleurs, par le biais de la société Antrix, son bras commercial, l’ISRO, vend des technologies et des matériels provenant de ses différents centres. Une partie des recettes vient compléter le budget, limité, du Département de l’espace. En outre, en raison de la faiblesse de sa base industrielle, l’Inde poursuit sa politique de coopération internationale commencée pendant la guerre froide. Profitant de son statut de pays non aligné et affichant des ambitions exclusivement civiles, elle a pu recourir aux technologies américaines, européennes et soviétiques. L’URSS a en effet lancé plusieurs satellites indiens dans les années 1970 et envoyé un cosmonaute indien dans l’espace en 1984. Les Etats-Unis ont mis à la disposition de l’Inde des satellites géostationnaires de télécommunications pour tester ses programmes d’éducation. Aujourd’hui, l’Inde a conclu des accords de coopération bilatérale avec plus de 25 pays. Arianespace a lancé les gros satellites indiens de communications et, en 2011, des satellites destinés à l’étude du climat en coopération avec la France. Une mission lunaire, dénommée Chandrayaan-2, effectuée dans le cadre de la coopération russe, est prévue pour 2013 : un robot devrait se déplacer sur la lune, analyser des échantillons sur place et envoyer les résultats à un satellite resté en orbite. Par ailleurs, l’Inde assure la mise sur orbite de petits satellites étrangers dans le cadre de sa coopération avec l’Indonésie, mais aussi des satellites européens dans celui de missions expérimentales et scientifiques. Sont aussi prévues la poursuite du programme de retour sur terre d’une capsule, qui pourrait ultérieurement être habitée, et des expérimentations en microgravité (biologie et nouveaux matériaux). En outre, l’ISRO compte développer un système de navigation autonome dit GAGAN avec la mise sur orbite, d’ici à 2014, de sept satellites pour assurer une couverture régionale destinée notamment à l’aviation civile. Enfin, soucieuse de reconnaissance internationale, l’Inde entend tenir sa place en termes de technologies et d’influence élargies… à la sécurité !

Intérêt et compétences militaires. L’espace intéresse le ministère de l’Environnement par nécessité, celui des Affaires étrangères par ses implications internationales et celui de la Défense par son prestige technologique. Ses applications militaires, évoquées publiquement, portent sur l’aide à la sécurité nationale et la prévention des conflits. Depuis le milieu des années 2000, l’armée de l’Air lance des appels répétés en faveur de la création d’un « commandement de l’espace ». Cette préoccupation de sécurité nationale présente un caractère résolument défensif, en raison des tensions récurrentes avec le Pakistan et du renforcement des liens avec les Etats-Unis. Ainsi, l’ISRO a souligné l’usage dual (civil et militaire) du satellite radar de renseignement RISAT-2, acheté à Israël. Le rapport d’études, présenté par Isabelle Sourbès-Verger, précise que ce système spatial n’a pas suscité d’opposition de Washington, alors qu’il n’est probablement pas tout à fait conforme à la réglementation américaine ITAR sur la vente de matériels de guerre et assimilés américains. Par ailleurs, le budget du secteur spatial indien est aussi abondé par des ressources extérieures d’un montant d’environ 100 M$ par an. Parmi elles, figure notamment un montant de 38 M$ de la part de l’Organisation de recherche et développement de défense (DRDO), dont le budget est indépendant de celui du ministère de la Défense. S’y ajoutent 40 M$ de l’Organisation nationale de recherche technique (NTRO), composante de la communauté indienne du renseignement et dépendant directement du Premier ministre. La NTRO achète des satellites ou participe, en tant que cliente, aux « activités lanceurs ». En effet, les réalisations de lanceurs indiens sont allées de pair avec l’acquisition de compétences en matière de missiles balistiques. Ces derniers sont construits par la société Hindoustan Aeronautics Limited, également liée par contrat à l’organisme de recherche militaire Defense Research and Development Laboratory. Enfin, le satellite indien d’observation de la terre IRS 1-C, dont les capteurs fournissent une résolution de 5 m, contribue au développement des compétences militaires dans le domaine spatial.

Loïc Salmon

L’océan Indien : espace sous tension

Le budget de l’industrie spatiale indienne est passé de 1,8 Md$ en 2011 à 2,3 Md$ en 2012. Sa base de Sriharikota a procédé aux tirs de 12 lanceurs de satellites PSLV (1,5 t de charge utile) entre 1993 et 2008 et de 5 lanceurs  GSLV (2,25 t) entre 2001 et 2007. Le lanceur GSLV MkIII (4-4,5 t) est en cours de développement. D’une superficie de 3,3 Mkm2, l’Inde compte 7.000 km de frontières maritimes et 14.103 km  de frontières terrestres. Celles-ci touchent six pays : Bangladesh, Bhoutan, Birmanie (Myanmar), Chine, Népal et Pakistan.

 

image_pdfimage_print