Les armées, réforme, budgets et opérations

image_pdfimage_print

Pour la première fois depuis 1962, les armées vivent trois problèmes à la fois : la réforme, les budgets et les opérations, a déclaré leur chef d’Etat-major, l’amiral Edouard Guillaud, devant l’Association des journalistes de défense le 7 juillet 2011 à Paris.

La réforme n’est pas terminée, mais les priorités changent. Pour les budgets, « quand on est dans une crise (économique) importante, les armées ne peuvent s’exonérer des efforts de la nation », indique l’amiral. Pour les opérations, la situation en Côte d’Ivoire baisse en intensité, celle du Liban est « frémissante », la piraterie continue et la tension au Sahel persiste. La lutte contre l’orpaillage clandestin en Guyane nécessite des moyens policiers et militaires. « Mon souci est de donner des ordres clairs et des moyens », souligne l’amiral. Sur ce dernier point, il précise : « Avec le retour d’expérience des opérations en Libye, oui, j’ai besoin de drones de combat ! » En cas de crise internationale, la communauté internationale est « coincée » : si elle n’agit pas, elle est critiquée pour son indifférence, si elle fait quelque chose, « ça ne va pas assez vite ! ». Les militaires, les diplomates et les politiques se trouvent confrontés au même dilemme, souligne le chef d’état-major des armées.

Le 29 juin, l’amiral Guillaud a été entendu par la commission de la défense nationale et des forces armées de l’Assemblée nationale. Il a précisé que plus de 27.000 militaires français sont déployés hors métropole. Au cours du premier semestre, les effectifs engagés en opérations extérieures sont passés de 9.000 à 13.500 sur six théâtres différents : Libye, Afghanistan, Liban, Côte d’Ivoire, Kosovo et océan Indien.

En Libye, l’opération « Harmattan », volet français de celle de l’OTAN dénommée « Unified Protector », engage 4.000 personnels et met en œuvre un tiers des bâtiments de la coalition (8), 80% des hélicoptères d’attaque (18), 30% de l’aviation de combat (40 chasseurs, dont 23 de l’armée de l’Air et 17 de l’aéronautique navale) et 20 % des avions de soutien (transport, ravitailleurs et patrouille maritime). Ce dispositif permet de réaliser plus de 30% des frappes de la coalition. En Afghanistan (4.000 militaires), l’amiral constate un affaiblissement de l’insurrection et une diminution du nombre d’accrochages dans la zone sous contrôle français, les insurgés recourant davantage aux engins explosifs improvisés et aux attaques suicides. Si l’armée nationale afghane se montre capable de remplir ses missions, dit-il, il n’y a pas de raison de ne pas la laisser jouer pleinement son rôle. En conséquence, la planification du désengagement est lancée : transfert du contrôle de la vallée de la Surobi dès l’automne 2011, puis celui de la Kapisa à l’été 2012… zone où l’armée soviétique n’a jamais pu s’engager, rappelle-t-il. Le chef d’Etat-major des armées remarque que ces opérations, caractérisées par leur grande diversité et complexité, sont des succès sur le terrain et imposent une véritable endurance opérationnelle.

Au Kosovo, la France met 300 personnels à la disposition de l’OTAN dans le cadre de la brigade franco-allemande. Enfin, interrogé sur les perspectives d’un deuxième porte-avions pour la Marine nationale, l’amiral Guillaud estime que les moyens financiers du ministère de la Défense ne permettent pas d’envisager sa construction pour le moment : son coût est en effet évalué à environ 3,5 Md€ étalés sur huit ans.

Loïc Salmon

L’amiral Édouard Guillaud est entré à l’Ecole Navale en 1973. Breveté de l’Ecole de guerre navale et de l’Ecole des applications militaires de l’énergie atomique, il est auditeur de l’Institut de hautes études de défense nationale et du Centre des hautes études militaires. Il a notamment commandé le dragueur de mines Lobelia, le bâtiment de transport léger Dumont-d’Urville, l’aviso-escorteur Enseigne-de-Vaisseau-Henry et le porte-avions Charles-de-Gaulle. Nommé préfet maritime de la Manche et de la mer du Nord en 2004, il devient chef d’état-major du Président de la République en 2006. Elevé aux rang et appellation d’amiral le 1er décembre 2007, il est promu chef d’Etat-major des armées le 25 février 2010. L’amiral Guillaud est grand officier de la Légion d’Honneur, officier de l’Ordre national du Mérite, officier du Mérite maritime, grand-croix de l’Ordre du Rio Branco du Brésil et grand officier du Mérite de l’Ordre de Malte.

image_pdfimage_print